Davos, un sommet anti-déprime pour les patrons ?

Alors que s'ouvre ce mercredi 20 janvier le forum économique mondial à Davos, en Suisse, la confiance des chefs d'entreprise est au plus bas, notamment face au ralentissement économique de la Chine et à la chute des prix pétroliers, qui plombent leur horizon économique et commercial.

Partager

En dépit des mesures de soutien à la croissance prises par les grandes banques centrales depuis la crise financière de 2008, ils ne sont que 27% de grands dirigeants à anticiper une amélioration de la situation économique dans l'année à venir contre 37% l'an passé, au vu d'une enquête auprès de plus de 1400 d'entre eux publiée mardi 19 janvier, à la veille de l'ouverture du Forum économique mondial de Davos.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'enquête a été réalisée dans 83 pays par le cabinet comptable PriceWaterhouseCoopers (PwC) au quatrième trimestre 2015. "On peut imaginer que si nous l'avions faite durant les premières semaines de janvier, le panorama aurait été encore plus sombre", a commenté Dennis Nally, président de PwC.

"La deuxième économie mondiale avait eu jusqu'alors de très, très bons taux de croissance, alors que beaucoup d'autres étaient à la peine, et maintenant c'est le ralentissement pour de bon", a-t-il ajouté.

"Il y a de gros soucis concernant la Bourse et le marché des changes et on s'interroge vraiment sur ce que cela implique quant à la capacité de la Chine à transformer son économie".

Et les chefs d'entreprise ont bien du mal à porter leurs espoirs ailleurs sur la planète. "Pour l'Europe et l'Amérique du Nord ça va mais il y a vraiment de quoi s'inquiéter pour de nombreux pays émergents", a dit à Reuters Alex Molinari, directeur général du groupe industriel Johnson Controls.

Seuls 35% des chefs d'entreprise de l'enquête de PwC sont "très confiants" quant à leur aptitude à augmenter le chiffre d'affaires dans les 12 mois qui viennent contre 39% en 2015. Le pourcentage est le plus faible depuis 2010.

La confiance parmi les patrons américains a chuté à 33% contre 46% en 2015 et la tendance est identique pour des pays tels que l'Allemagne et la Grande-Bretagne.

L'Inde se distingue avec un pourcentage en hausse à 64% contre 62%. C'est en Suisse que le pessimisme prospère, avec un pourcentage de confiance passé à 24% en 2015 à 16% cette année, conséquence du "frankenshock" de janvier 2015, lorsque le franc suisse a flambé à la suite de son désarrimage d'avec l'euro.

Avec Reuters (par Ben Hirschler Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS