Daimler, Porsche et Bosch seront affectés par des débrayages en Allemagne

Daimler, Porsche ou encore Bosch : les salariés de ces entreprises allemandes s'apprêtent à débrayer à plusieurs reprises dans les jours qui viennent à l'appui de revendications portant sur le salaire et le temps de travail.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Daimler, Porsche et Bosch seront affectés par des débrayages en Allemagne
Les salariés d'entreprises allemandes telles que Daimler, Porsche et Bosch s'apprêtent à débrayer à plusieurs reprises dans les jours qui viennent à l'appui de revendications portant sur le salaire et le temps de travail. /Photo prise le 9 janvier 2018/REUTERS/Ralph Orlowski

Des débrayages de 24 heures vont se succéder à partir de mardi soir jusqu'à vendredi, a prévenu mardi 30 janvier IG Metall. Ces débrayages ont été approuvés massivement par les adhérents de la plus importante centrale syndicale allemande à la suite de l'échec de négociations tenues au niveau régional durant le week-end.

Daimler, Porsche ou encore Bosch sont concernés. A la Bourse de Francfort, l'action Volskwagen recule de 1,4% et celle de Daimler de 1%, contre un repli de l'indice sectoriel européen de 1,0%, vers 16h15 GMT.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'économie allemande connaît sa croissance la plus soutenue depuis six ans et un taux de chômage au plus bas, ce qui amène IG Metall à réclamer une hausse de 8% des salaires sur 27 mois pour 3,9 millions de salariés dans la métallurgie et la construction mécanique. Le syndicat souhaite également que les salariés puissent bénéficier d'une durée hebdomadaire du travail ramenée 28 heures, contre 35 heures actuellement, pour pouvoir s'occuper de leurs proches tout en ayant la possibilité de revenir travailler à temps plein après une période de deux ans.

Le patronat propose une augmentation de salaire de 6,8% et a jusqu'ici rejeté une baisse du temps de travail, à moins d'avoir la possibilité de l'augmenter quand cela est nécessaire.

Vers une intensification du mouvement social ?

Près d'un million de travailleurs ont déjà pris part ce mois-ci à des débrayages de quelques heures à travers tout le pays en soutien aux revendications d'IG Metall. Les débrayages de 24 heures constituent le dernier coup de semonce du syndicat avant une intensification du mouvement social qui pourrait paralyser l'activité de certaines entreprises. Quelque 260 d'entre elles dans toute l'Allemagne devraient être affectées par des débrayages cette semaine.

Les salariés de l'équipementier automobile ZF Friedrichshafen, dans le Land du Bade-Wurtemberg, se mettront en grève mercredi à partir de 5h00 (04h00 GMT), tandis que ceux de Daimler et de Porsche, la marque de voitures de sport de Volkswagen, débrayeront vendredi, a précisé IG Metall. "Le patronat n'a pas suffisamment bougé dans les négociations, maintenant nous allons le pousser à l'action avec des grèves d'avertissement sur une journée complète", a déclaré Roman Zitzelsberger, responsable d'IG Metall dans le Bade-Wurtemberg, où après 16 heures de discussions aucun accord n'a été trouvé.

Reprise des négociations possible

Volkswagen de son côté fera face à des grèves jeudi, les syndicats ayant rejeté la proposition améliorée du premier constructeur automobile d'Europe. Des débrayages sont également prévus dans le nord, dans l'usine Still de Hambourg, propriété du fabricant allemand de chariots élévateurs Kion, et à Brême, chez le spécialiste de la robinetterie Gestra.

Patronat et syndicats ont toutefois laissé la porte ouverte à une reprise des négociations une fois passés les débrayages mais chacun a fait savoir qu'il attendait de l'autre plus de volonté de parvenir à des concessions.

Pour Reuters, Maria Sheahan; Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS