Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Daher veut utiliser la blockchain pour créer un passeport numérique de ses produits

Marine Protais , , , ,

Publié le

Cas d'entreprise L’équipementier aéronautique Daher, qui est également logisticien et avionneur, lance des projets blockchain tous azimuts. Son but est notamment de créer un passeport numérique pour chaque avion.

Daher veut utiliser la blockchain pour créer un passeport numérique de ses produits
Daher a lancé 6 projets blockchain depuis deux ans.

Suivre toutes les pièces qui composent un avion de leur fabrication à leur livraison, voire au-delà, durant leur cycle de vie. Et stocker toutes les informations et documents concernant ce suivi dans un passeport numérique partagé entre les différents acteurs de la supply chain. L’équipementier, avionneur et logisticien Daher, invité au forum Blockchain Paris les 27 et 28 novembre, estime que la blockchain est la solution idéale pour réaliser ce projet ambitieux.

Cette technologie, née avec les crypto-monnaies, permet de stocker et transmettre des données de manière fiable et transparente, sans organe de contrôle. Daher, comme beaucoup d’autres industriels, a commencé à s’y intéresser en 2016 et a lancé six projets autour de la technologie. Le but est entre autre de construire, brique par brique, un passeport numérique pour chaque avion et équipement. 

Suivre la livraison et réception d'une pièce

Daher a développé avec le californien Authenticiti une infrastructure basée sur une technologie blockchain publique pour un consortium privé d’industriels. Elle permet d’avoir une visibilité sur l’ensemble de la chaîne de valeur industrielle, de tracer une pièce, et d’attester de sa bonne livraison et réception. "L’information vient de différents canaux : du logiciel ERP, de scan de pièces, de déclarations des livreurs et du client. On pense aussi à faire remonter dans cette plate-forme des données enregistrées par des capteurs IOT lors du transport de la pièce comme la température, l’humidité, l’accélération", explique Gabriel Raffour, chef de projet innovation chez Daher. "L’avantage de cette plate-forme est qu’elle est modulaire. On peut y ajouter de nouvelles briques au fur et à mesure."

En parallèle, Daher utilise la plate-forme de la start-up CargoX, basée sur la blockchain publique Ethereum, pour suivre le transport par voie maritime d’une pièce en partageant les informations et les documents, le connaissement maritime notamment, entre les différents acteurs de la chaîne d’approvisionnement. Cette brique pourrait être intégrée à la plate-forme précédente, précise Gabriel Raffour.

L’avionneur et logisticien ne veut pas s’arrêter aux informations concernant le transport de la pièce. Il souhaite récolter et enregistrer des informations dès les étapes de fabrication. "Nous sommes en train de mettre en place un système permettant de suivre tous les paramètres environnementaux de la cabine de peinture du TBM comme la température, la poussière, l’humidité, mais aussi le temps d’application de la peinture. Des opérateurs font remonter des informations via des tablettes. Les capteurs de la cabine communiquent eux via une gateway (passerelle) équipée de la technologie blockchain embarquée de Kalima."

Contrôler les opérations de maintenance

Autre projet en réflexion : contrôler la réalisation des opérations de maintenance. "Ces opérations sont-elles dans les normes ? Qui les réalise ? Les modifications de numéro de série sont-elles bien communiqués aux organismes qui gèrent la navigabilité ?", énumère Gabriel Raffour. L’idée est d’inscrire les réponses à ces questions sur une plate-forme blockchain partagée avec les différents acteurs de la supply chain. Pour le moment ce projet est à l’essai dans l’une de 14 stations de maintenance de Daher.

Par ailleurs, Daher teste aussi la blockchain de la pépite française Neurochain pour suivre le transport de transformateurs électriques de champs éoliens livrés au Kenya, que Daher gère en tant que logisticien pour un client.

Multiplier les partenaires

Kalima, Neurochain… Daher multiplie les partenariats. "Nous ne sommes pas des experts en technologie blockchain, et nous ne prétendons pas l’être. Nous testons donc différentes technologies développées par des entreprises qui ont chacune leur vision de la blockchain afin de trouver la plus adaptée à chacun de nos métiers." En interne, les projets sont gérés par le Daher lab. Une structure créée en 2016 chargée de repérer les technologies émergentes et de proposer aux équipes opérationnelles de les tester. L’entreprise prévoit un déploiement de ses différents projets blockchain en 2019.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle