Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

DAD Decayeux, ETI de l'année

,

Publié le , mis à jour le 09/11/2017 À 10H13

Basé dans la Somme, le spécialiste des boîtes à lettres s'est hissé au rang de leader européen. Il a su, pour ce faire, se réinventer en permanence. L'entreprise a été désignée comme ETI de l'année 2017 par L'Usine Nouvelle. 

DAD Decayeux, ETI de l'année © Decayeux

Comment devenir, à partir d'un simple cube de tôle, plié et percé, un leader industriel européen?  A Feuquières-en-Vimeu, à l'ouest de la Somme, DAD Decayeux a trouvé la solution. Car l'entreprise familiale impose désormais ses boîtes aux lettres en France, comme à l'étranger, où 20 % de la production est exportée. La clé de cette réussite ? Un pari constant sur l'innovation, allié à un travail sur le design et les usages. Une recette somme toute classique, mais en réalité bien difficile à appliquer sur un secteur aux normes strictes. Decayeux y est pourtant parvenu en développant, par exemple, des séries de boites aux lettres personnalisables, ou dont le look très contemporain a séduit des architectes tels que Jean Nouvel. Pour faire face à la crise du marché de la construction et surtout, à l'effondrement de la distribution du courrier, l'ETI a même inventé une boite aux lettres connectée et sécurisée, répondant à l'explosion du e-commerce.

"D’une société de l’objet, nous sommes entrés dans une société de l’usage, comme en témoigne le succès d’entreprises comme Blablacar. Cela va nous contraindre à changer de business model et à développer de nouveaux services inconnus jusqu’à présent", témoignent Stéphane et Antoine Decayeux, les deux frères aujourd'hui à la tête de l'entreprise familiale, créée en 1872.

Croissance externe et optimisation de la production

Pour s'imposer parmi les grands Decayeux s'est aussi, à partir des années 1980, diversifié dans le domaine des portes blindées. A partir des années 2000, il a multiplié les opérations de croissance externe, en Slovénie, au Maroc, en Roumanie et aux Pays-Bas. Parmi ses acquisitions les plus marquantes : le rachat, en 2011, de JU, son concurrent allemand qui l'a propulsé au rang de leader européen. En le faisant entrer dans son périmètre, l'entreprise a gagné 300 salariés supplémentaires et accru son chiffre d'affaires de 20 millions d'euros supplémentaires. De quoi faire le poids face aux concurrents, même low cost.

D'autant que Decayeux a organisé son outil de production pour l'optimiser au maximum. A Feuquières, l'heure est désormais au lean manufacturing et à la digitalisation. "Toute l’organisation, y compris en production, doit conduire à plus de fluidité, d’agilité. Grâce à la digitalisation, nous mettons au point des outils permettant de supprimer les barrières entre les services, de rendre nos collaborateurs plus autonomes aussi", souligne Stéphane Decayeux. Selon le chef d'entreprise ces évolutions vont se poursuivre.

"Je pense que d’ici dix ans, Decayeux ne sera plus seulement une entreprise de production, mais se sera diversifié dans les services, la logistique, etc. Nous vivons une véritable révolution", insiste le chef d'entreprise. DAD Decayeux réalise 65 millions d'euros de chiffre d'affaires et emploie 650 salariés en Europe.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus