Crise des "gilets jaunes" et déficit d'investissements... le secteur des travaux publics est inquiet

Le secteur des travaux publics a présenté son bilan pour 2018 et ses perspectives 2019 ce 10 janvier. Malgré un chiffre d'affaires en hausse en grande partie grâce aux collectivités locales, des inquiétudes se font sentir à propos des financements publics des projets d'infrastructures, dont une partie risque d'être réallouée aux mesures prises pour répondre aux "gilets jaunes". 

Partager
Crise des
Malgré un chiffre d'affaire en hausse, le secteur des travaux publics est inquiet.

40% du réseau de canalisations de l'eau potable a plus de 40 ans. 53% des routes nationales et 25% des départementales sont en mauvais état, l'âge moyen des voies ferroviaires est de 30 ans, et 22% ont atteint leur durée de vie maximum, l''âge moyen de l'éclairage public, qui représente plus de 40% de la consommation électrique d'une commune, est également de 30 ans...

Avec cette litanie de chiffres, la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) tire la sonnette d'alarme sur "une décennie de sous-investissement". Les besoins sont "criants", l'investissement en infrastructures étant considéré comme "garant de développement économique, de cohésion territoriale et d'un certain niveau de qualité de vie exigés par les Français". Lueur au bout du tunnel, la loi d'orientation des mobilités, en "fixant les grandes priorités d'investissement de l'Etat pour les 5 prochaines années", devrait constituer "une avancée importante pour la politique d’infrastructures".

Grâce à leur mobilisation, les "gilets jaunes" ont réussi, en partie, à replacer la question des territoires au centre des préoccupations. Une aubaine pour le secteur des travaux publics, ses revendications convergeant avec une partie de celles des manifestants. Mais ironiquement, "la trajectoire financière inscrite dans la loi d'orientation des mobilités est menacée par les mesures budgétaires prises pour répondre aux revendications des 'gilets jaunes' ". "Il serait paradoxal que nous soyons les dindons de la farce", souligne Bruno Cavagné, président de la FNTP.

"Redonner des marges de manœuvre et des libertés aux collectivités"

Le "grand débat national" du gouvernement, qui se déroulera dans les territoires, apportera de premières réponses. Pour la FNTP, "les solutions pour rétablir de la cohésion territoriale et pour apporter une partie de la réponse au mouvement des gilets jaunes passeront par l'échelon local et par l'investissement en infrastructures". Il sera nécessaire de "redonner des marges de manœuvre et des libertés aux collectivités", mieux "soutenir les plans d’investissements dans les infrastructures" et "faciliter l’accès au cofinancement en matière de mobilité", notamment grâce à la nouvelle Agence de cohésion des territoires.

Mais quelques inquiétudes demeurent quant aux subventions de l’Etat. L’organe qui s’en occupe, l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF), devrait voir son budget augmenter de 300 millions d’euros par rapport à 2018, pour un total de 2,7 milliards. Mais le vote de celui-ci a été reporté à fin janvier, et des incertitudes demeurent sur son financement, suite au gel de l’augmentation de la taxe sur le pétrole... une autre conséquence de la crise des gilets jaunes.

Retour à la croissance

Les travaux publics ont toutefois renoué avec la croissance en 2018. Les estimations font état d’un chiffre d’affaire annuel de 41 milliards d’euros, soit une augmentation de 7% par rapport à 2017. On est encore loin du record de presque 49 milliards de 2007, mais la dynamique positive démarrée après 2016 et ses mauvais chiffres (moins de 37 milliards) se poursuit, et devrait continuer en 2019.

Les commandes des collectivités locales, principaux acteurs de cette croissance, représentent 41% de l’activité du secteur. Leurs dépenses ont augmenté de 5,8% en 2018 pour un total d'environ 45 milliards d'euros, et devraient croître de 5% en 2019. Si on ajoute les investissements du Grand Paris, véritable moteur de l’activité en ÎIe-de-France, ces chiffres passent à +7,4% en 2018 (soit 2,47 milliards d’euros pour environ 57 milliards d'euros) et +6,3% en 2019 (3,41 milliards).

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Bâtiment Travaux publics

Escabeau isolant Pro Intensif

MANUTAN

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Qualité /Navigabilité F/H

Safran - 09/11/2022 - CDI - Niort

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

90 - BELFORT

Réfection des halls 19 rue Lumière

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS