Coworking, bureaux mutualisés, fablabs...Pourquoi les tiers lieux se développent aussi vite

Dans une note de synthèse, publiée le 14 septembre, l’institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France (IAU) fait le point sur le développement des tiers lieux. 620 coworkings, Fablabs, ateliers de fabrication numérique, bureaux mutualisés... ont vu le jour, majoritairement depuis 2010, dans la région. La mutation du travail en a favorisé l’éclosion. Ces structures représentent un vecteur de développement économique pour les collectivités territoriales.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Coworking, bureaux mutualisés, fablabs...Pourquoi les tiers lieux se développent aussi vite
En 2017, l'institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France a recensé 620 tiers lieux dans la région. Dans une note de synthèse, publiée le 14 septembre, l'agence explique pourquoi le phénomène est en plein développement

Espaces de coworking, bureaux mutualisés, fablabs, ateliers de fabrication numérique, makerspaces... l’institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France (IAU) a recensé 620 tiers lieux dans la région. Dans une note de synthèse, publiée jeudi 14 septembre l’institut fait état d’un phénomène en plein développement. Trois quart des structures n’existaient pas avant 2010. En 2021, la métropole parisienne en comptera 1 000.

Un développement poussé par plusieurs évolutions du travail

Plusieurs évolutions sociétales et technologiques ont favorisé l’émergence des sites. Dans l’entreprise la diffusion des outils numériques et l’adoption du travail en “mode projet” ont développé le télétravail. Selon le document, 12% des employés français ont régulièrement recours à la pratique.

En parallèle, le travail non salarié a augmenté de 30% entre 2009 et 2015. La création du régime d’auto-entrepreneur, devenu micro-entrepreneur, et l’éclosion des start-up sont le moteur de cette tendance. Les indépendants et petites structures voient dans les tiers lieux un moyen de sortir de l’isolement professionnel

Enfin, le déploiement d’outils de fabrication numérique, telles que les imprimantes 3D, a favorisé l’émergence du mouvement des “Makers”. La mutualisation des connaissances et des matériels dans un atelier à plus de valeur pour eux que la propriété des machines.

Une disparitté zones urbaines / rurales

La cartographie de l’IAU pointe une disparité d’implantation entre les territoires urbains et ruraux. Paris, avec 323 sites, concentre plus de la moitié des tiers lieux. En élargissant à la petite couronne (Haut-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) la proportion passe à 80%. A titre de comparaison, la Seine-et-Marne, plus grand département francilien, ne compte que 20 lieux.

Les premiers espaces sont issus d’initiatives entrepreneuriales et associatives. A titre d’exemple la Materiaupôle, à Vitry-sur-Seine, regroupe les acteurs du secteur des matériaux et procédés. Depuis 2014, des opérateurs promoteurs immobiliers, à l’image de Nexity ou Bouygues ont commencé à développer de grands espaces de bureaux mutualisés.

Une puissant levier de développement économique local

Les tiers lieux représentent un puissant levier de développement économique local. Selon une étude de la Caisse des dépôts, publiée en 2015, l’installation d’un espace de 200 postes, pourrait créer jusqu’à neuf emplois directs ou indirects dans la commune de résidence. Les utilisateurs pourraient contribuer jusqu’à 57 000 de dépenses locales annuelles. Les collectivités l’ont bien compris. Les territoires investissent, de plus en plus, dans l’ouverture de structures. Leur participation va de la subvention d’initiatives à la constitution d’un établissement public de coopération intercommunale (Epic).

La cartographie des tiers lieux réalisée par l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS