[Coronavirus] "Les stratégies de confinement massif sont plus efficaces que des mesures étalées dans le temps" relève Elie Cohen

La crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19 met à rude épreuve l'économie mondiale et l'organisation de nos sociétés, s'inquiète Elie Cohen, directeur de recherche émérite au CNRS. En France, des premières mesures de soutien aux entreprises ont été prises mais, si la situation perdure, il faudra peut-être envisager des actions sectorielles comme ce fût le cas lors de la crise de 2008-2009, rappelle l'économiste, qui pointe également le manque de coordination en Europe. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Coronavirus]
"Nous aurons une croissance faible en 2020, insiste Elie Cohen. C’est-à-dire, pour la France, autour de 0,7 ou 0,8 % de croissance du PIB et cela si il n’y a pas d’aggravation de la situation".

L'Usine Nouvelle. - Quels seront les impacts de la crise du coronavirus sur les économies européennes ?

Elie Cohen. - L’activité économique au premier trimestre sera négative. Pour la suite, la difficulté est de savoir de quels éléments on dispose pour bien évaluer la situation. Dans tous les cas, une dynamique de difficultés grandissantes est à l’œuvre. Des décisions comme la mise en quarantaine de personnes vont avoir un effet de paralysie progressive du mouvement des affaires. Les Chinois sont désormais dans la phase de relance de leur système productif, mais je suis terrorisé à l’idée qu’il puisse y avoir un phénomène de rechute avec à la clé une double récession. Nous aurions alors une nouvelle crise avec des effets qui seraient démultipliés. C’est une situation que l’on ne peut exclure.

Plus cette crise dure, plus des logiques de confinement ou de restrictions des déplacements se développent, et plus les effets sur l’économie seront durables. Si demain avec le passage à la phase 3, on prenait des mesures de confinement massif dans notre pays, alors l’effet sur le ralentissement de l’économie serait encore plus important.

Les prévisions de croissance pour l’année 2020 ont d’ores et déjà été revues à la baisse…

Il est certain, en effet, que nous aurons une croissance faible en 2020. C’est-à-dire, pour la France, autour de 0,7 ou 0,8 % de croissance du PIB et cela si il n’y a pas d’aggravation de la situation. Les différents scénarios établis par l’OCDE tablent sur une quasi-récession en Allemagne et en Italie, et une croissance globalement inférieure à 1 % pour la zone Euro pour cette année, et encore en excluant les scénarios extrêmes. Nous sommes au cœur du cyclone et la tentation est de relativiser la situation actuelle. Je ne crois pas qu’on puisse tabler sur une reprise de l’activité au deuxième trimestre. Nous sommes dans la phase d’approfondissement et d’extension de la crise. Au-delà des impacts sectoriels majeurs, il y a un impact plus diffus. Des entreprises industrielles n’envoient plus de personnel à l’étranger pour les opérations de maintenance, elles décalent des investissements, ou encore craignent que leurs collaborateurs soient retenus dans certains pays. Pour pallier ces difficultés, elles développent notamment la téléconférence et le télétravail mais cela ne marche pas pour dépanner ou déployer une production nouvelle.

De nombreux spécialistes estiment que nos sociétés doivent se préparer à la répétition de ce genre de crise. Cela aura inévitablement des répercussions sur la conduite des affaires ?

[...]

Cet article est réservé aux abonnés

ABONNEZ-VOUS

POUR LIRE LA SUITE

Et accédez à tous les contenus et services de l' édition abonné, soutenez un journalisme d'expertise !

Demain se fabrique aujourd’hui !

A travers nos dossiers, nos chroniques, enquêtes, cas pratiques, ... notre rédaction de spécialistes vous livre des partages d’expérience et témoignages, et vous guide grâce à ses décryptages et ses sélections des meilleures pratiques :

  • Innovations
  • Relocalisations / Made in France
  • Transitions écologique et énergétique
  • Transformation numérique

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS
SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE ET REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ DE L’USINE NOUVELLE!
visuel hors abonnement

Abonnez-vous et :

  • Recevez le magazine en version papier ou numérique
  • Accédez à tous les contenus et services du site
  • Inscrivez-vous aux newsletters de votre choix
  • Participez aux webinars animés par la rédaction
visuel hors abonnement