International

[Coronavirus] La France sacrifie son objectif de réduction du déficit pour soutenir les entreprises

, ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Emmanuel Macron a déclaré le 12 mars qu'il prendrait toutes les mesures nécessaires pour contrer la propagation du Covid-19 en France, "quoi qu'il en coûte". Le président a notamment annoncé que l'Etat prendrait en charge 100% du coût du chômage partiel et un report des impôts et cotisations dus par les entreprises en mars. Des mesures qui pourraient coûter plusieurs dizaines de milliards d'euros, selon le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. L'orthodoxie budgétaire est ainsi mise en parenthèse. 

[Coronavirus] La France sacrifie son objectif de réduction du déficit pour soutenir les entreprises
Le président Emmanuel Macron a assuré jeudi 12 mars que la France lutterait contre la pandémie du coronavirus, "quoi qu'il en coûte".
© Elysee - Periscope

"Quoi qu’il en coûte". Lors de son allocution le 12 mars à l’Elysée, Emmanuel Macron a répété plusieurs fois cette expression. Une référence transparente au "whatever it takes" lancé à l'été 2012 par Mario Draghi, alors président de la Banque centrale européenne (BCE), expression annonciatrice des mesures non conventionnelles qui ont permis de sauver l'euro. Cette même expression a été utilisée par la chancelière allemande Angela Merkel mercredi 11 mars.

Les gouvernements européens sont sur le pont pour lutter contre la pandémie du Covid-19, qui n’épargne plus aucun pays de l’Union européenne. A commencer par la France. Le président français a demandé aux personnes de plus de 70 ans d’éviter tout déplacement, a encouragé le télétravail et a annoncé la fermeture des écoles, crèches et universités à partir du 16 mars. Sur le plan sanitaire, le gouvernement utilisera "tous les moyens financiers nécessaires pour porter assistance et pour sauver des vies", a expliqué le chef de l'Etat quand il a évoqué le soutien aux hôpitaux et aux personnels soignants. Il a également promis "des mesures exceptionnelles pour les plus fragiles".

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte