COP21 : Les organisations patronales internationales veulent un prix du carbone

Une trentaine d’organisations patronales mondiales dont le Medef ont signé, le 9 décembre 2015, une déclaration commune sur le climat. Elles veulent faire pression sur les gouvernements pour la signature d’un accord de Paris ambitieux, leur donnant un cadre clair leur permettant d’orienter leurs investissements vers la transition énergétique.

Partager

COP21 : Les organisations patronales internationales veulent un prix du carbone


COP21 - Crédits CC Twitter @medef

Une trentaine de représentants d’organisations patronales se sont réunies à Paris en marge de la COP21. A l’initiative du Medef, ce sommet international visait à travailler sur une déclaration commune des entreprises en faveur du climat.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Les entreprises ont leur rôle à jouer dans la discussion et ce rôle doit être reconnu par les gouvernements", confie Pierre Gattaz, le président du Medef. Dans leur déclaration, les organisations patronales ont émis six prises de position. En premier lieu, les représentants des entreprises reconnaissent l’existence du changement climatique et souhaitent la signature d’un "accord international ambitieux", susceptible d’atteindre l’objectif d’un réchauffement climatique contenu à 2 degré.

Surveiller et mesurer les émissions
Surtout, les organisations patronales veulent que les Etats s’engagent à mettre en place des systèmes de surveillance des émissions. Elles insistent aussi sur la nécessité de travailler sur le prix du carbone. "Les entreprises ont besoin de signaux clairs favorisant l’investissement et, par conséquent, l’emploi", martèle Pierre Gattaz.

La déclaration commune rappelle par ailleurs que, à l’instar de la révolution numérique, tous les domaines de l’économie sont touchés par la transition énergétique. Elle insiste sur la nécessité de faire évoluer les formations pour mieux la prendre en compte. Enfin, la déclaration commune rappelle le rôle des entreprises dans la recherche de solutions bas carbone dans plusieurs secteurs, comme l’énergie, la gestion de l’eau ou la ville durable.

Un accord partagé, ambitieux et réaliste
"Ce que nous attendons de la COP21, c’est la mise en place d’un objectif partagé par tous les pays, ambitieux et réaliste, explique Pierre Gattaz. Cela doit permettre de mettre un cadre et donner un outil de mesure pour les entreprises. C’est comme dans l’industrie, vous ne pouvez contrôler un processus que si vous le mesurez !"

Cette initiative rejoint de très près les propositions du "Business dialogue", ce groupe instauré par la présidence de la COP21 rassemblant une cinquantaine de dirigeants d’entreprises et une cinquantaine de représentants de gouvernements.

Présidé par Gérard Mestrallet, le président d’Engie, et par Laurence Tubiana, l’ambassadrice pour la France sur les négociations climatiques, le business dialogue a remis son rapport à Laurent Fabius le 4 décembre dernier. Il préconisait également la mise en place d’un marché du carbone.

Arnaud Dumas

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS