Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Election présidentielle 2017

[Comparons les programmes] Comment les candidats veulent-ils réformer l'indemnisation des chômeurs?

, , , ,

Publié le

A J-11 du premier tour de l'élection présidentielle, la rédaction de L'Usine Nouvelle vous propose de comparer point par point les programmes des principaux candidats. Comment François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon veulent-ils réformer l’assurance chômage et l’indemnisation des chômeurs ? 

Les entreprises citées

FRANÇOIS FILLON

Pour inciter les chômeurs à reprendre rapidement un emploi, il propose d’instaurer une dégressivité des allocations chômage, qui baisseraient de 25 % au bout de six mois. Il laissera les partenaires sociaux mener cette réforme, et s’ils n’y parviennent pas, l’Etat reprendra la main en étatisant l'assurance chômage. Dans la même logique, François Fillon exigera que tout refus d’emploi soit motivé, un deuxième refus non motivé entraînant une sanction. Pour pousser l'Unédic à résorber ses dettes, il ne veut plus que l'Etat apporte sa garantie à ses emprunts. Objectif: 10 milliards d'euros d'économies.

 

BENOÎT HAMON

Il compte sur le revenu universel d’existence pour assurer des revenus aux personnes sans emploi. Son idée est de verser une allocation pouvant s’élever jusqu’à 600 euros à tous ceux qui gagnent moins que 1,9 SMIC, chômeurs inclus. Il ne parle donc pas de réformer l’assurance chômage, sinon pour donner un peu plus de pouvoir à l'Etat sur sa gestion, aux côtés des partenaires sociaux.

 

MARINE LE PEN

Elle ne prévoit aucune réforme du système de l’assurance chômage, et compte sur les mesures protectionnistes et une taxe sur l’emploi des étrangers pour faire baisser le chômage.

 

EMMANUEL MACRON

Il est le seul à proposer une réforme radicale, puisque l’Etat reprendrait en main la gestion de l’assurance chômage, actuellement confiée aux partenaires sociaux : à lui de définir les règles de l’indemnisation (donc le montant de l’allocation) et de gérer les fonds. Tous les actifs (salariés mais aussi indépendants, artisans, entrepreneurs, ou salariés démissionnaires sous condition) auront droit à une indemnisation. Pour financer cette indemnisation "universelle", les cotisations chômage des salariés seront remplacées par une hausse de la CSG, payée par tous. Les cotisations employeurs varieront en fonction du taux de recours au CDD très courts. Par ailleurs, il renforce les contrôles: les allocations seront suspendues après deux refus d’"offres raisonnables" d’emploi.

 

JEAN-LUC MÉLENCHON

Dans la "sécurité sociale intégrale" qu’il veut bâtir, il inclut une indemnisation chômage versée "jusqu’au retour à l’emploi". Quand un chômeur arrivera en fin de droits, au bout de deux ans, il pourra invoquer un "droit opposable à l’emploi" et se tourner vers l’Etat pour qu’il lui trouve "un emploi en lien avec sa qualification sur une mission d’intérêt général". Jean-Luc Mélenchon défend une indemnisation dès le premier jour de chômage, qui ne doit pas être inférieure au seuil de pauvreté. Il compte sur la baisse du chômage induite par ses autres réformes pour financer ces mesures, dont le coût est estimé à 2 milliards d'euros.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

12/04/2017 - 22h09 -

Ils sont où les autres candidats ? Mr Asselineau avait de son côté des mesures très intéressantes sur ce sujet ! Il y a 11 CANDIDATS à l'élection présidentielle ! Pas 5 ! Faite votre travail de journaliste !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle