Environnement

Comment Météorage protège les industriels de la foudre

, , , ,

Publié le

Les sites industriels doivent répondre à des normes strictes pour se protéger des risques météorologiques. Pour avoir un suivi à la minute des risques de foudre, beaucoup d'entreprises se sont abonnées aux données de Météorage, une filiale de Météo France, qui détermine quand arrive (et repart) un orage. 

Comment Météorage protège les industriels de la foudre
De janvier à octobre, la France a été frappée de 700 000 éclairs en 2018.
© CC Wikimedia/Nico36~commonswiki

Alors même que l’année n’est pas encore achevée, 2018 enregistre le plus d’orages depuis vingt ans. Entre janvier et octobre de cette année, la France a été frappée de 700 000 éclairs provoquant des risques majeurs pour les employés des sites industriels et des dégâts importants. 

"Si l’on sait où la foudre tombe, on peut mieux protéger les lignes électriques et les feux de forêt", résonne Stephane Schmitt, expert foudroiement et responsable innovation chez Météorage. L’entreprise, filiale de Météo France, prévient les sites des futurs orages et éclairs. En partenariat avec le groupe finlandais Vaisala, Météorage a équipé le territoire de capteurs et analyse tous les jours leurs données pour prédire la foudre.

Sur la base d’un abonnement, de très nombreux sites sont désormais équipés de la technologie de Météorage comme Airbus à Toulouse, PSA à Velizy et Sochaux, Michelin, Faurecia et toutes les centrales nucléaires. Si les sites industriels ont l’obligation d’être protégés contre la foudre selon certaines normes, "cette protection ne suffit pas toujours", juge Stéphane Schmitt. L’entreprise n’a pas besoin d’installations mais réalise une étude statistique de la zone et donne des conseils quant à la procédure à suivre lors d’un risque. A l’arrivée d’un orage, l’entreprise prévient la personne préalablement désignée sur le site industriel.

Un gain économique important 

Selon les installations, le préavis est plus ou moins rapide, "un site de Faurecia a besoin d’être prévenu seulement 5 minutes en avance, alors qu’il faut 30 minutes à Engie pour évacuer ses salariés", précise Stéphane Schmitt. Il souligne surtout la grande force de Météorage : d’indiquer le moment précis du passage des orages pour pouvoir reprendre les activités au plus vite. Par exemple, Faurecia réalise un gain de 700€ par heure gagnée de reprise d’activité, cite Stéphane Schmitt.

Fabien Jacquemet, responsable exploitation du site de Grenoble d’STmicroelectronics protège ses installations depuis plus de 25 ans. "Le coût d’un impact par rapport au prix de l’abonnement est dérisoire", indique le responsable du site de production de puces électroniques employant 2 100 salariés. "Nous sommes situés dans une cuvette, donc nous n’avons aucune visibilité sur l’arrivée de la foudre", ajoute-il. Il explique être prévenu par Météorage dix minutes avant l’arrivée de la foudre. Un secours manuel est activé pour isoler le réseau électrique et le connecter à un réseau interne. A Grenoble, STmicroelectronics a été touché par 10 000 impacts de foudre, en hausse depuis ces trois dernières années. Quelques 80 % d’entre eux ont lieu entre mai et août.

La cellule de R&D de Météorage se concentre désormais sur le calcul de la sévérité des orages, afin de prévenir les entreprises avec plus de précision. Les experts travaillent aussi sur une manière de prévenir le risque de grêle afin de pouvoir offrir une visibilité météorologique au monde agricole voire automobile.

 

Comment calculer le risque de foudre ?

Météorage a déployé vingt capteurs au sol dans toute la France. Ils saisissent la fréquence des coups de foudre. Par un calcul angulaire entre les chiffres donnés par les capteurs, les analystes de l’entreprise vont déterminer la direction de l’orage. Ce sont les cumulonimbus qui se développent verticalement, jusqu’à 18 km de haut, qui engendrent la foudre. Les gouttelettes qui constituent le nuage peuvent se transformer en glace. Les vents ascendants au nuage stimulent des frottements de particules. L’eau étant chargée négativement et la glace positivement, un processus d’électrification a lieu. Cela crée des éclairs ou coups de foudre. Ils peuvent atteindre 20 000 ampères voire plus.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte