Comment Pôle emploi est devenu le Venture capitaliste préféré des start-up françaises

Trop généreux, déficitaire, ennemi du retour à l’emploi, le système d'indemnisation du chômage français est accusé de tous les maux.  Alors que les partenaires sociaux doivent signer une nouvelle convention, la question est en débat. Sauf que ce système est à la base de la création de nombreuses start-up et au final de nouveaux emplois. Faut-il revoir les règles de Pôle Emploi alors qu'il est peut-être devenu le premier Venture capitaliste de France ? Enquête auprès de ces entrepreneurs chômeurs, qui "profitent" du système. 

Partager

Comment Pôle emploi est devenu le Venture capitaliste préféré des start-up françaises

En lisant la récente enquête de Roland Berger pour Numa sur le profil des créateurs de start-up, une statistique m'a frappé. Comment se fait-il que la tranche d'âge la plus présente dans les créateurs de jeunes pousses soit les 25-29 ans ? Que se passe-t-il juste avant de passer le cap de la trentaine qui amène le jeune créateur à tenter le coup ?

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Comme journaliste spécialisé qui fréquente le milieu depuis quelques années, j'avais bien une idée de la réponse : Pôle emploi et ses indemnités. D'où une frustration : mais pourquoi donc Numa et Roland Berger n'ont pas posé la question du statut du créateur de start-up ? Parce que l'image d'un chef d'entreprise pointant en ligne sur le site de Pôle emploi cadre mal avec le storytelling de l'entrepreneur seul contre tous, disrupteur en chef, ennemi des monopoles et du service public ? Ou parce que, comme la lettre volée d'Edgar Poe d'autant plus invisible qu'elle est sous le nez des protagonistes, l'existence de créateurs indemnisés est une telle évidence que les auteurs du sondage n'ont pas pensé à l'interroger.

Il n'y a pas si longtemps, Pierre*, un jeune homme bien sous tous rapports, en marge d'un entretien, m'annonçait son prochain mariage (il venait d'avoir 30 ans) et m'expliquait cash pourquoi et surtout comment il avait franchi le pas de la création d'entreprise. "Quand tu arrives vers 27-28 ans, tu commences à avoir quelques années d'expérience professionnelle. Cela a deux conséquences : tu sais que la grande entreprise et sa progression de carrière à l'ancienne, c'est pas fait pour toi, et tu peux avoir les Assedic pendant deux ans."

Le secret le moins gardé

Plus que l' "aveu" de la combine, ce qui frappait c'était son côté décomplexé, un peu comme si tout le monde le savait, sauf le naïf journaliste à qui il parlait. Pour tout dire - enfin tout écrire - un autre créateur de start-up m'avait raconté une histoire similaire il y a trois ans, en plein débat sur Les Pigeons. En terminant une interview, il avait insisté : "le système français est super. Il faut le dire, je ne fais pas partie des entrepreneurs qui critiquent les charges et tout ça. Sans l'aide de Pôle emploi, avec mes associés, on n'aurait rien fait ", expliquait-il, soulignant qu'étant d'origine modeste, il n'avait pas le moindre capital.

Autre milieu social, mais même constat ou presque avec Amaury* un jeune homme cool : "si tu regardes les créateurs de start-up de moins de 30 ans à Paris, dans la majorité des cas, ce sont soit des gros bourges (sic) aidés par leurs parents, et/ou des personnes qui ont le chômage ".

Pôle emploi veut accélérer

Mais comment font-ils ? La méthode est tout ce qu'il y a de plus légale. La possibilité de cumuler une indemnité chômage en créant une entreprise est tout ce qu'il y a de plus autorisée, voire motivée A tel point qu'un communiqué daté du 3 février de Pôle Emploi s'enorgueillissait "d'avoir accompagné près de 45 000 demandeurs d'emploi vers la création ou la reprise d'entreprises en 2015 et (38 500 en 2014), Pôle emploi a pour objectif de proposer un accompagnement à près de 100 000 demandeurs d'emploi en 2016. " La part de start-up dans ce total n'est pas connue.

Mais une chose est sûre : ce chiffre est en dessous de la réalité, car il minore tous ceux qui ne se déclarent pas créateur d'entreprise et attendent un peu pour devenir gérant officiel... L'époque où Raymond Barre, Premier ministre, choquait une partie de l'opinion en indiquant que les chômeurs n'avaient qu'à créer une entreprise, paraît bien loin. Le demandeur d'emploi peut même obtenir le versement immédiat de son capital indemnités plutôt qu'un versement mensuel, si, par exemple, il a besoin d'un pécule de départ pour commencer son activité.

Si tu es jeune, t’as rien compris

Cette possibilité ne semble pas faire rêver dans les start-up. "Pour débuter, on n'a pas besoin d'investissement massif en capital dans les entreprises numériques. C'est surtout du développement qu'on peut faire sur son ordinateur personnel en travaillant dans son salon ", précise Thomas*, pour lequel le paiement de l'indemnité mensuelle a été une aide autrement plus fondamentale…

Lire la suite de l'article sur L'Usine Digitale.

Christophe Bys Grand reporter management, ressources humaines
Christophe Bys

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS