Comment lutter contre le sexisme? La réponse de trois grandes entreprises

Le Cercle InterElles, qui regroupe 14 entreprises autour des questions de mixité et d’égalité professionnelle, a tenu mardi 13 mars son colloque annuel. Après l’affaire Weinstein et #balancetonporc, l’Usine Nouvelle a demandé à trois responsables leurs armes pour lutter contre le sexisme et le harcèlement sexuel.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Comment lutter contre le sexisme? La réponse de trois grandes entreprises
Une journée des Femmes organisée chez GRDF

Le sexisme est partout, et notamment dans l’entreprise. Mardi 13 mars, le Cercle InterElles a réuni des dirigeants et représentants de ses quatorze entreprises partenaires à l'occasion de son colloque annuel, lieu de débats et d’ateliers sur la mixité et l’égalité professionnelle. A l’heure où la parole des femmes sur le sexisme se libère, dans la foulée de l’affaire Weinstein et du mouvement #balancetonporc sur Twitter, L’Usine Nouvelle a demandé à trois responsables comment leurs entreprises luttent contre le sexisme ordinaire et le harcèlement sexuel en leur sein. Voici leur réponse.

Catherine Ladousse, directrice exécutive de la communication chez Lenovo :
"Un atelier pour sensibiliser"

"Pour lutter contre le sexisme, il est essentiel que tous les salariés de l’entreprise soient sensibilisés à la question. C’est pourquoi nous avons organisé le 8 mars, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, un atelier de sensibilisation de deux heures sur ce qu’est le sexisme. Quarante personnes, dont dix hommes, y ont participé. Cet atelier a été l’occasion de donner un coup de projecteur sur le phénomène du sexisme, notamment pour sensibiliser les hommes à ce qu’est une culture d’entreprise plus inclusive. C’était aussi l’occasion pour Lenovo d’essayer de dresser un constat sincère sur le sexisme dans notre entreprise, un phénomène difficile à évaluer."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Jean-Louis Carvès, directeur mixité et diversité chez IBM :
"Limiter le pouvoir de nuisance des remarques et actes déplacés"

"Chaque année, tous nos salariés doivent signer un document qui les engage à respecter un code de bonne conduite dans l’entreprise et dans les affaires. Ce document mentionne la question du respect de la mixité et de la diversité. Il liste des choses interdites, comme les remarques sexistes et homophobes par exemple, et indique les moyens à disposition des salariés pour signaler tout manquement. Faire signer chaque année cet engagement donne un droit et un devoir de vigilance et d’action aux managers, qui se sentent plus légitimes à aller voir quelqu’un qui aurait eu une pratique contraire à ce code. Cela n’empêche pas les remarques ou les actes déplacés, mais cela limite leur pouvoir de nuisance."

Patricia Lecocq, Déléguée Régionale Champagne-Ardenne chez Orange :
"Des vidéos de sensibilisation pour marquer les esprits"

"Le sexisme ambiant existe dans toutes les entreprises. Pour lutter contre, il faut former non seulement les managers mais également l’ensemble des salariés. C’est pourquoi nous avons intégré un chapitre sur le sexisme dans le Visa pour l’égalité qui est en cours de déploiement dans notre groupe. Ce Visa est une formation en ligne accessible à tous les salariés et construite de manière très ludique, avec des quizz, des jeux mais aussi des vidéos de sensibilisation car nous savons que les images marquent les esprits. Faire que tous les salariés suivent ce Visa est un objectif concret dans notre lutte contre le sexisme ordinaire."

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS