L'Usine Auto

[Vidéo] Comment des hackers ont poussé des Tesla autonomes à réaliser un excès de vitesse de 80 km/h

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le

Vidéo Peut-on avoir confiance dans les véhicules autonomes ? Une équipe de chercheurs du spécialiste de la cybersécurité McAfee a poussé les systèmes de deux modèles de Tesla à rouler 80 km/h au dessus d'une limitation de vitesse... grâce à un simple autocollant.

Comment des hackers ont poussé des Tesla autonomes à réaliser un excès de vitesse de 80 km/h
Trompé par le panneau, le véhicule accélère dès le démarrage.
© McAfee

Il faudra encore un bon moment avant que l'utilisation de voitures autonomes ne se généralise. Et la nouvelle expérience d'une équipe de "hackers" de la société américaine de cyber-sécurité McAfee ne devrait pas rassurer ceux qui doutent de ce moyen de transport. À l'aide d'un simple bout d'autocollant, ils ont poussé différents modèles de Tesla à rouler à plus de 80 km/h au-dessus de la vitesse autorisée.

L'initiative fait partie d'un processus d'expérimentations et de recherches lancé il y a 18 mois: il vise à montrer que de simples détails peuvent mettre à mal les systèmes de machine learning des véhicules, et que de nombreuses questions de sécurité se posent encore. Les Tesla sont dotées de Mobileye EyeQ3, un système qui, grâce à des caméras situées à l'avant, lit les panneaux de limitation de vitesse et envoie les données aux dispositifs autonomes, comme le régulateur.

85 mph au lieu de 35 mph

Malheureusement, fausser ce système ne paraît pas si compliqué. La preuve : les équipes ont collé un petit autocollant sur un panneau de limitation de vitesse. Au lieu de 35 mph (environ 56 km/h), le panneau semblait afficher 85 mph (environ 136 km/h !), soit donc un écart immense de 80 km/h. Les deux véhicules testés, une Tesla Model X et une Model S, des modèles de 2016, sont toutes les deux tombées dans le panneau… sans mauvais jeu de mot.

Dans le même cadre, un professeur de l'université de Berkeley (Californie) s'est également servi d'autocollants pour faire croire à un véhicule autonome qu'un "Stop" était en fait un panneau de limitation de vitesse à 45 mph. Toujours grâce à des autocollants, une voiture a également été poussée à rouler à contresens.

"À l'avenir, ce genre de systèmes intelligents vont venir remplacer les humains dans l'accomplissement de certaines tâches", explique Steve Povolny, membre de l'équipe de recherche de McAfee, cité dans l'étude. Si rien n'est fait maintenant pour détecter les failles potentielles, "alors vous aurez des flottes entières de véhicules connectés et facilement manipulables".

Des technologies à améliorer

Les résultats des expériences ont été transmis à Tesla ainsi qu'au fabricant de la caméra, l'israélien Mobileye. Le premier a reconnu les limites du système et a affirmé qu'il faudrait attendre les prochaines générations de matériel pour que ce genre de problèmes soit résolu. De son côté, Mobileye a préféré minimiser l'importance de l'étude, suggérant que même un humain aurait été trompé par le panneau faussé.

La société considère que tromper la caméra ne représente pas une attaque et ajoute que sa caméra n'a, de toute façon, pas été conçue pour la conduite autonome. "Les véhicules autonomes ne reposeront pas uniquement sur des technologies de détection. Ils utiliseront diverses autres technologies et données, telles que la cartographie, afin de garantir la fiabilité des informations reçues", explique un porte-parole de Mobileye dans un communiqué.

Depuis la commercialisation des Tesla de 2016, les technologies se sont améliorées. Selon les différents essais réalisés, les nouveaux modèles de véhicules et de caméras seraient moins susceptibles d'être trompés par ce genre de procédés. Mais les anciennes versions, toujours sur les routes, devraient être surveillées, selon McAfee. "Notre but n'est pas d'effrayer les consommateurs en leur faisant croire que leurs véhicules vont accélérer subitement. Nous souhaitons simplement les sensibiliser sur ce genre de défauts", précise Steve Povolny.

Réagir à cet article

4 commentaires

Nom profil

25/02/2020 - 18h50 -

Je sais pas qui à écrit cette article d'un niveau de débilité encore jamais atteint...je m'explique si les panneaux indicateurs sont modifiés même un humain ce serait trompé. Encore un article sponsorisé par une marque de véhicules jalouse du succès de Tesla et sûrement par un journaliste qui n'en as pas.
Répondre au commentaire
Nom profil

23/02/2020 - 10h15 -

C'est bien d'avoir précisé que ça ne concerne plus les nouveaux modèles, les anciens faisait la lecture des panneaux(AP1 de chez mobileye) et pas les nouveaux (Ap2 et Ap3 de chez Tesla )
Répondre au commentaire
Nom profil

21/02/2020 - 16h39 -

La Tesla en question est équipée de l'AutoPilot 1 fournit par MobileEye, qui a équipé les Tesla de 2014 à 2016, soit 2 générations de retard. Il ne me paraît pas très honnête de faire le buzz avec un modèle qui n'est plus en production depuis 4 ans...
Répondre au commentaire
Nom profil

21/02/2020 - 11h38 -

Changer la typographie de la signalisation tu parle d'un "hack" ...
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte