Comme l'OCDE, le G7 voudrait un taux plancher pour taxer toutes les sociétés du monde

Les ministres des Finances des pays du G7 devraient soutenir le plan de l'OCDE prévoyant une taxe internationale sur les entreprises. Les Etats-Unis ont proposé de taxer les bénéfices des multinationales à hauteur de 15 %, un taux qui pourrait faire consensus.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Comme l'OCDE, le G7 voudrait un taux plancher pour taxer toutes les sociétés du monde
Les ministres des Finances des pays du G7 doivent se réunir en juillet. /Photo d'archives/REUTERS/Ian Langsdon

A l'occasion de la prochaine réunion du G7, qui aura lieu à Londres les 4 et 5 juin, les ministres des Finances pourraient afficher clairement leur soutien au projet d'une taxation internationale des sociétés, porté par l'OCDE. Selon une ébauche de communiqué, ils auraient pour objectif de conclure un accord international « ambitieux » sur la fiscalité des entreprises.

En avril, les Etats-Unis avaient déjà proposé de taxer les bénéfices de toutes les entreprises du monde à hauteur de 21 %. Après de vives contestations, le taux a finalement été abaissé à 15 %. La France et l'Allemagne, toutes deux membres du G7 aux côtés des Etats-Unis, du Japon, du Royaume-Uni, de l'Italie et du Canada, se sont déjà montrées favorables à cette deuxième option.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Désaccord de l'Irlande

Le sujet devrait être au cœur de la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G20, qui aura lieu en juillet. L'Irlande rejettera probablement cette proposition, car son taux d'imposition de 12,5 % lui permet d'attirer de nombreuses multinationales, comme Facebook ou Google.

Parallèlement, la Commission européenne a validé le 18 mai le BEFIT (Business in Europe Framework for Income Taxation), un projet d'harmonisation de la fiscalité des entreprises. L'idée est d'atteindre une plus grande transparence publique et de lutter plus efficacement contre l'utilisation abusive de sociétés écrans et l'évasion fiscale.

Les aides bientôt suspendues

Au cours de la réunion du G7, les responsables devraient également préciser l'importance « d'assurer la viabilité à long terme des finances publiques », une manière de dire qu'il faudra progressivement mettre un terme aux mesures de soutien mises en place depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Concernant les enjeux environnementaux, les pays les plus riches de la planète souhaitent que les entreprises soient dans l'obligation de fournir des informations financières sur le climat « cohérentes et utiles » aux investisseurs.

Avec Reuters (Jan Strupczewski, version française Jean-Michel Bélot, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS