Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

CNISF: Julien Roitman (Supelec) prend la présidence du Conseil national

Publié le

Entretien A l’issue de l’assemblée générale du Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France qui s’est tenue ce samedi, Julien Roitman qui a été élu pour succéder à Noël Clavelloux

CNISF: Julien Roitman (Supelec) prend la présidence du Conseil national

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Julien Roitman a donc eu la préférence des 30 administrateurs du CNISF  face à Bruno Witz, pour  poursuivre l’action menée par le président sortant Noël Clavelloux. Ingénieur diplômé de Supelec, Julien Roitman a effectué une grande partie de sa carrière chez IBM où il exerce diverses responsabilités avant de quitter le géant de l'informatique en 2005 pour fonder France Compétitivité, un réseau national de soutien aux pôles de compétitivité. Parallèllement, il occupe un poste d’administrateur à l’Idate (2000-2002).

A la présidence de l’association des anciens de Supelec (depuis 2007), Julien Roitman a su redonner un élan à l’association après avoir stoppé l’hémorragie de cotisants. A ce poste, il fut aussi un des ardents militant du rapprochement de Supelec et de Centrale. Cette fine connaissance des écoles, mais surtout des associations ont très certainement plaidé en sa faveur.

A ce poste, il poursuivra l’action menée par Noël Clavelloux qui pendant six ans s’est employé à promouvoir et à valoriser la profession d’ingénieur auprès des pouvoirs publics et des entreprises. Ce qui pour François Blin, délégué général du CNSIF sera aussi la principale mission de Julien Roitman, avec l’affirmation du rôle fédératif du Conseil auprès des associations regroupant les 850 000 ingénieurs diplômés recensés en France. Pour ce faire, outre l’évangélisation déjà menée dans les écoles, lycées et autres colloques, le CNISF compte également sur les réseaux sociaux pour assurer la transmission des bonnes pratiques et assurer son rôle transversal. La première communication de Julien Roitman entérine ce programme : « Dans l’intérêt même du pays, je suis attaché à la reconnaissance des métiers d’ingénieur et de scientifique, à la valorisation de leurs diplômes, et à la promotion de la filière de formation française. Chacun doit prendre conscience de ce que représentent vraiment les professions scientifiques et techniques, et de leur apport à la richesse nationale quand on leur donne les moyens de jouer leur rôle ».

Consultez le comparatif des écoles d’ingénieurs 2014


 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

01/06/2010 - 13h10 -

En tant que modeste ingénieur dans le microcosme français et connaissant Monsieur Roitman, je me réjouis de cette nomination à la tête du CNISF. La congrégation des ingénieurs français ne peut que s'en féliciter, elle ne sera pas déçue.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle