[Chronique RH] Salariat ou indépendant, des frontières de plus en plus floues

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Chronique RH] Salariat ou indépendant, des frontières de plus en plus floues
Il est de plus en plus difficile de distinguer le travailleur indépendant du salarié.

Qui n’en rêverait pas : avoir la sécurité d’un CDI et la souplesse d’un emploi d’indépendant? Contradiction dans les termes, oxymoron diront les plus lettrés et pourtant. Le Figaro (1) a trouvé une entreprise qui propose à ses salariés une forme d’organisation qui s’y apparente. Imaginez une entreprise où l'on vous paie un salaire pour votre travail, mais où vos horaires seraient complètement libres.

Pas seulement les horaires quotidiens (l’heure de départ et d’arrivée et la pause déjeuner) mais l’organisation temporelle de toute l’année. Ça se passe comme ça chez PwC qui a lancé un programme expérimental intitulé "flexible talent network". Désormais c’est l’employé qui choisit ses horaires et ses jours de congés, pourvu qu’ils remplissent le nombre d’heures de travail annuel définies.

Tombées de leur piédestal

Rien d’étonnant si une telle annonce survient dans le secteur de l’audit financier, soumis à une forte concurrence pour attirer les meilleurs. Hier stars du recrutement, ils doivent aujourd'hui faire face à l’attractivité des Gafa et leur carnet de chèques XXL, les start-ups et leurs nourriture bio en libre-service, sans oublier les velléités des plus jeunes de devenir indépendants, dès qu’ils le peuvent. Un bon salaire et la promesse de travailler beaucoup pour devenir demain un leader ne suffisent plus. Il faut offrir de la flexibilité et de l’autonomie pour convaincre les meilleurs de venir. D’après la BBC, indique notre confrère, 2 000 candidatures sont arrivées sitôt l’annonce faite.

La nouvelle intéressante en soi l’est encore davantage quand on la rapproche d’une seconde. La dirigeante d’un cabinet de conseil parisien nous confiait récemment travailler avec des indépendants. Leur portrait-robot était celui d’un ou d’une jeune avec une première expérience. La fidélisation de ces derniers est en train de devenir un enjeu majeur pour les entreprises qui les font travailler. Notre témoin nous indiquait travailler à constituer des communautés d’échanges des travailleurs indépendants pour qu’ils continuent à se former. Car ces jeunes avides de technologies et de méthodes qui quittent le salariat par peur de l’ennui ne renoncent pas à découvrir de nouvelles façons de travailler. C’est ce que proposent aussi certaines plateformes fédérant des indépendants.

La fin d'une opposition

D’un côté, on voit un salariat qui s’affranchit des contraintes traditionnelles; de l’autre des freelances qui bénéficient d’avantages jusque-là réservés au salariat. Il est tentant d’y voir le rapprochement entre deux statuts hier opposés. Le candidat Emmanuel Macron l’avait très bien pressenti, notamment dans son discours de la Porte de Versailles, quand il annonçait vouloir en même temps ouvrir le chômage aux démissionnaires et aux professions indépendantes. La main de l’exécutif trembla lors de la réalisation, réduisant la portée de ces deux réformes qui auraient pu être le socle du nouveau contrat social promis depuis.

Reste à savoir si ces évolutions seront durables ou si elles ne sont que la traduction d’un moment particulier sur le marché du travail, celui d’une pénurie de talents ultra-diplômés et donc recherchés. Les études sur la pénurie à venir d’ingénieurs à l’échelle mondiale laissent présager que ce retournement n’est pas pour demain matin, ni pour la décennie qui vient.

(1) L'article du Figaro peut être lu en cliquant ICI

0 Commentaire

[Chronique RH] Salariat ou indépendant, des frontières de plus en plus floues

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS