Economie

[Chronique RH] Le télétravail est-il un gros macho ?

Christophe Bys

Publié le

[Chronique RH] Le télétravail est-il un gros macho ? © Andrew Neel - Unsplash

C'est une information qui est passée un peu inaperçue. Depuis le temps qu'on entendait RH, consultants et DSI expliquer les difficultés à développer le télétravail en France, qu'ils s'en réjouissent ou le déplorent ... Du coup, voir en un trimestre un tiers des salariés adopter ce mode de travail a pris des allures de révolution, particulièrement intéressante à observer. La résistance au changement, le conservatisme inné des salariés français.. toutes ces vérités qu'on n'interrogeait plus trop ont volé en éclats face à l'épreuve du réel. En trois mois, la réunion Zoom est devenue l'équivalent d'un Power Point, un basique du management. 

Un quart de salariés ne va pas

Si globalement ces évolutions sont incontestables, elles ne doivent pas masquer que ce passage ne se fait pas dans la joie et la bonne humeur pour tout le monde. Dans une réunion en ligne sur Zoom justement consacrée aux résultats de l'enquête menée notamment par Res Publica et Terra Nova, Thierry Pech, directeur général de cette dernière rappelait que 25 % des salariés indiquait avoir relativement mal vécu le télétravail. Un quart des salariés concernés, ce n'est pas rien.

Et le portrait robot de ce télétravailleur malheureux révèle qu'il s'agit souvent d'une télétravailleuse plutôt jeune, âgée de moins de 50 ans, n'ayant jamais télétravaillé jusqu'alors, souvent moins bien équipée pour le faire et sans espace particulier pour travailler depuis leur domicile. Avant de tirer des conclusions définitives, Thierry Pech a rappelé que les hommes auraient été plus souvent en chômage partiel ou en rupture de contrat.

Tu la vois là, ma charge mentale ?

Reste que ce télétravail malheureux semble concerner plutôt des mères de famille pour lesquelles la fameuse double journée de travail (au bureau et à la maison) est devenue d'un coup une réalité physique : il fallait préparer le déjeuner et aller en télé-réunion, suivre les devoirs du petit dernier et démarcher des clients. Le concept de charge mentale est devenu une double charge de travail.

On ne saurait trop conseiller à ces femmes de s'interroger sur le conjoint qu'elles ont choisi et d'en tirer les conséquences qu'elles jugeront les meilleures, même si la situation des parents isolés avec enfants doit être encore moins enviable. Récemment un dirigeant d'entreprise expliquait qu'au moment de la reprise de nombreuses femmes auraient du mal en raison de la fermeture des écoles ! Quand l'école est fermée, c'est encore maman qui s'y colle. 

L'école libère les mères

Pour revenir au travail depuis le domicile, on rappellera que ce que nous avons vécu est une forme particulière de télétravail. En temps normal, on ne télétravaille pas avec des enfants à qui il faut assurer l'enseignement.

Si les entreprises souhaitent pérenniser le télétravail, elles devront trouver malgré tout des solutions pour celles et ceux (car il y a aussi des hommes) qui n'ont pas aimé le télétravail total et imposé. Télétravailler peut se faire depuis un espace partagé - le co-working ou des espaces particuliers. Rien n'oblige à s'installer sur la table du salon. 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

24/05/2020 - 11h16 -

Salariée de plus de 50 ans en télétravail permanent serait ravie d'avoir un deuxième jour voir 3 jrs par semaine puisque en télétravail vous pouvez tout Faire absolument tout génial le télétravail. Que ça continue toutes les entreprises doivent SVP le mettre en place de façon pérenne.
Répondre au commentaire
Nom profil

24/05/2020 - 09h48 -

Bonjour Quand vous écrivez :"On ne saurait trop conseiller a ces femmes de s'interroger sur le conjoint qu'elles ont choisi.... " L'article était bon, mais arrivé a cette phrase, je ne peux pas. Pensez vous aux télétravailleurs ayant pour conjoint(e) un indépendant(e) qui n'a pu s'arrêter que quelques jours sous peine de n'avoir aucun revenu ? Avez vous pensez aux télétravailleurs ayant pour conjoint(e) des responsables n'ayant pu s'arrêter que quelques jours, le temps que l'entreprise se mette en ordre de marche pour l'après ? Je ne pense pas que la question a se poser concerne le ou la conjointe de chacun. Mais plus notre état et sa gestion.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte