Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Chronique RH] L'industrie n'a pas dit son dernier mot

Christophe Bys

Publié le

[Chronique RH] L'industrie n'a pas dit son dernier mot
Dans la guerre des talents, tout n'est pas perdu pour l'industrie.
© Renault - Fabienne Carreira

Tout le monde les veut et la cause semble entendue : à la fin ce sont les Gafa (qu'il faudra un jour penser à rebaptiser AAFA puisque Google est devenu Alphabet) et les start-up qui gagneront. De quoi parle-t-on ? Des profils techs, des data analystes et autres spécialistes de la tech que tout le monde veut embaucher. Et l'histoire semble écrite. A la fin c'est Amazon et consorts qui gagnent. Comment lutter contre l'attrait d'entreprises qui font l'histoire et préparent l'avenir, sans oublier la douceur du climat californien et sa culture cool ? A la rigueur une start-up qui offre en plus le frisson de l'aventure, où on risque beaucoup, mais où on peut espérer gagner tellement plus...

Les vertus cachées de l'industrie 

Erreur. Le jeu est loin d'être fait. C'est du moins une des conclusions qu'on peut tirer de l'étude réalisée par la plateforme Hired, spécialisée dans le recrutement de profils dits technologiques. Elle a interrogé plus de 2000 d'entre-eux pour connaître leurs motivations quand ils cherchent un emploi et les raisons qui peut les faire quitter un emploi. Et les industriels, s'ils faisaient l'effort nécessaire, disposeraient de tout ce qu'il faut pour attirer ces professionnels.   

Par exemple, on y apprend que les motivations qui poussent un candidat à postuler à une offre sont, dans l'ordre décroissant, "l'opportunité d'apprendre de nouvelles compétences", "la rémunération et les avantages", "l'équipe", "la culture de l'entreprise" et "les défis technologiques à résoudre". A l'inverse les raisons qui repoussent les candidats sont le peu d'intérêt pour le produit, la faible réputation de l'entreprise, le faible intérêt de la mission. 

Des défis technologiques à faire rêver un data scientist

L'industrie a incontestablement une carte à jouer avec ces entreprises installées à la culture d'entreprise forte et souvent attrayante. Les défis technologiques à relever sont nombreux : créer des objets connectés, inventer de nouvelles façons de consommer moins d'énergie, imaginer des véhicules autonomes... Si l'industrie possède le savoir-faire, il est urgent qu'elle acquière le faire-savoir, qu'elle a trop longtemps méprisé, avec ce soupçon d'arrogance selon lequel quand on est excellent, on n'a pas besoin de le dire, ça finit toujours par se voir. Communiquer n'est pas un aveu de faiblesse c'est un moyen de faire entendre sa voix quand d'autres, pas forcément plus pertinentes, portent pourtant plus.

C'est d'autant plus important que l'industrie souffre de quelques handicaps. Le premier facteur qui pousse un pro de la tech à quitter son poste est la localisation de l'activité. Le monde industriel avec ses usines excentrées et ses sièges sociaux repoussés toujours plus loin des centre-ville n'est pas forcément le mieux placé. Raison de plus pour mettre en avant de façon intelligente ses atouts. C'est le B.A. Ba de la séduction : cacher ses défauts et maquiller ses attraits pour les rendre plus visibles.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle