Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Chronique RH] Et si on arrêtait avec le jeunisme numérique? C'est une étude américaine qui le dit

Christophe Bys ,

Publié le

La cause semble entendue : pour réussir la transformation numérique, il faut des générations Y au pire. Les plus vieux sont dépassés. Et pourtant une nouvelle étude américaine tord le cou à ce préjugé persistant. Vous pensiez que "la valeur n'attend point le nombre des années" ? Et vous aviez tort. 

[Chronique RH] Et si on arrêtait avec le jeunisme numérique? C'est une étude américaine qui le dit
Un senior ? Non, le créateur de la prochaine startup à succès !
© Fotolia

C’est une histoire que nous tenons de source très sûre. Un cadre dirigeant d’un groupe français côté au CAC 40 imaginait passer une belle fin d’année. Dans un groupe à l’avenir discuté, sa filiale avait obtenu des résultats au-dessus des objectifs. Il avait lancé d’ambitieux projets de modernisation et patatras. Le jeune PDG fraichement nommé lui a demandé de partir. La raison ? Dans ce groupe qui a signé toutes les chartes du monde en faveur de la diversité et s’engage pour l’insertion des minorités, il était trop vieux avec ses 55 printemps.

 

Trop vieux pour les marchés

Les excellents résultats ne suffisaient pas. Le PDG avait besoin de sang neuf et de tête neuves pour incarner sa nouvelle stratégie passant par le numérique. En substance, il n’allait pas, imagine-t-il, convaincre les marchés financiers de son engagement dans la transformation digitale avec un quinquagénaire qui – comme tous les gens de son âge, c’est bien connu - s’éclaire à la bougie, circule en carrosse et ne sait pas allumer un ordinateur. Merci pour la bêtise et espérons que notre homme a un bon avocat.

Cette anecdote est d’autant plus révoltante que la Harvard Business Review a récemment publié une étude* qui balaie toutes les idées reçues sur le numérique. Au passage, l’article révèle que les investisseurs deviennent méfiants quand un projet leur est apporté par un vieillard ayant dépassé l’âge de 32 ans.

 

50 ans is the New 18 ans

Derrière les têtes de gondole des petits génies du Web à la Zuckerberg, les journalistes de la revue de référence du management révèlent que l’âge moyen du fondateur d’une société high tech aux Etats-Unis, en Californie (là où notre PDG français pense que tout est in) est de 40 ans ! Dans des secteurs comme les énergies fossiles ou les biotechs, ce sont des croulants ayant en moyenne 47 ans qui créent des entreprises. A 47 ans, ils ne savent pas que normalement on joue aux petits chevaux en regardant une rediffusion de Derrick sur la TNT.

On ne résiste pas au plaisir de citer un passage de la revue de management à propos de l’âge des créateurs de start-up à succès :

"En réalité, les fondateurs des 0,1 % des start-up qui se sont développées le plus rapidement durant leurs cinq premières années avaient, en moyenne, 45 ans quand ils se sont lancés. Ces entreprises ont été identifiées en se fondant sur la croissance du nombre de leurs salariés. En remplaçant cet indicateur par la croissance des ventes ou même par une entrée en Bourse ou par un rachat, les résultats restent identiques. En d’autres termes, lorsqu’on considère les entreprises les plus florissantes, l’âge moyen du fondateur ne baisse pas, il augmente. Globalement, les données empiriques montrent que les entrepreneurs qui réussissent ne sont pas des jeunes, mais des individus d’âge moyen."

Quand le discours dominant fustige parfois à raison les archaïsmes des Gaulois réfrectaires, profitons de cette étude qui en corrobore de précédentes sur l’âge des fondateurs de start-up à succès pour nous amuser (en attendant d’en pleurer le jour venu) sur les clichés de certains dirigeants, croyant agir pour le bien des marchés financiers.

 

* L'intégralité de l'article de la Haward Business Review est lisible ici

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle