Cable Robot, un simulateur de mouvement très physique

Suspendu dans une nacelle par 8 câbles en acier, casque de réalité virtuelle sur la tête, l’utilisateur du simulateur de l’Institut Max Planck peut tester ses réactions lors de mouvements amples et complexes à l’intérieur d’un univers numérique. Un instrument inédit pour mieux comprendre la perception des mouvements par les êtres humains,. Il intéresse l’aéronautique et l’automobile.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Cable Robot, un simulateur de mouvement très physique

Cela tient de l’attraction foraine et du simulateur de vol, mais c’est d’abord un instrument de recherche sur la perception du mouvement par les êtres humains. Un laboratoire de l’institut Max Planck (Max Planck Institute for Biological Cybernetics) a construit une nacelle en fibres de carbone, suspendue entre 8 câbles en acier ancrés aux murs. De puissants moteurs et un logiciel de pilotage permettent de faire effectuer à la nacelle des mouvements amples et complexes à l’intérieur d’un volume de 8mx5mx5m. Sur la nacelle, callé dans son fauteuil, casque de réalité virtuelle sur la tête et joystick en main, un volontaire peut par exemple goûter très physiquement aux joies du pilotage d’un hélicoptère.

Former les pilotes

Les chercheurs de l’Institut Max Planck ont mis au point ce simulateur pour des études sur la perception du mouvement. Par exemple, pour comprendre comment les différentes perceptions (la vision, le système vestibulaire de l’oreille interne) interagissent durant un mouvement tel que le décollage d’un aéronef, et comment le pilote parvient à les coordonner pour réussir l’opération. Pour multiplier les expérimentations – et les sensations du pilote aux commandes de la nacelle, les chercheurs savent faire varier la réponse de l’engin, en modifiant la viscosité du milieu dans lequel il est supposé se déplacer, et même la gravité.

L’instrument est conçu pour explorer un vaste domaine de mouvements, grâce à l’amplitude des déplacements possibles à l’intérieur du hall, alors que les simulateurs de pilotage traditionnels se limitent à moins d’un mètre. La machine peut produire de fortes accélérations, jusqu’à 1,5G (réalisée sur un mannequin de 75 kg), mais aussi des mouvements infimes, afin de tester les seuils de détection par les êtres humains. Les recherches menées au Max Planck devraient aussi permettre d’améliorer les algorithmes des simulateurs de vol et de conduite, et le laboratoire développe une coopération avec des industriels allemands de l’automobile.

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS