Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Bus électrique, le défi de la RATP

, , ,

Publié le , mis à jour le 09/06/2015 À 19H10

La RATP a fait quelques annonces sur son programme Bus 2025 à l’occasion de l’UITP (union internationale des transports publics). Les bus électriques achetés au groupe Bolloré entreront en circulation à partir de 2016. Et l’appel d’offre aura bien lieu en 2017 comme nous l’annoncions dans notre enquête il y a quelques mois.

Bus électrique, le défi de la RATP
Legende Noir Legende Noir Legende Noir Legende Noir Legende Noir Legende Noir
© Dans Paris et dans sa banlieue, une vingtaine de bus sur 4 500 sont électriques.

Article mis à jour le 9 juin 2015 à 19h09. Actualisation du chapeau. La RATP confirme que les bus électriques de Bolloré entreront en circulation sur une ligne en 2016. 

Paris, la ville aux bus propres. Quand la réalité rattrape la fiction. Dès la fin de l’année, la RATP testera le Bluebus. Le 10 décembre 2014, le Syndicat des transports d’Île-de-France (Stif) et l’ex-régie ont choisi la solution de Bolloré lors d’un appel d’offres portant sur 10 à 40 véhicules de transport en commun destinés à réaliser des tests en grandeur nature.

"Nous pensons qu’il y aura un très gros marché, s’enthousiasme Gilles Alix, le directeur général de Bolloré. On a gagné un premier appel d’offres en juin dernier pour 20 à 40 bus de 6 mètres de longueur à livrer sur deux ans. On se lance sur le marché du bus de 12 mètres. Il sera industrialisé fin 2015 et disposera d’une autonomie de 180 km. Notre nouvelle usine d’Ergué-Gabéric, dans le Finistère, destinée au Bluetram servira de plate-forme au futur bus".

En mars 2014, le président de la RATP, Pierre Mongin, poussé par le Stif, a annoncé que le parc de bus sera "vert" à l’horizon 2025, avec 80 % de bus électriques et les 20 % restants roulant au biogaz. Reste à résoudre une équation à plusieurs inconnues… 

Des bus électriques roulent déjà sur le réseau de la RATP. Depuis 2001, celle-ci exploite le Montmartrobus et, depuis 2011, la Traverse Batignolles-Bichat. Une goutte d’eau dans une flotte de 4 500 bus. Au total, une vingtaine de véhicules électriques et 48 hybrides seulement roulent dans Paris et sa banlieue. Une commande de 500 bus à double motorisation doit être livrée fin 2016."On commandera des hybrides, tant que l’on ne disposera pas de solutions électriques adaptées" fait-on valoir au siège de la RATP.

Le biogaz passe par GDF Suez
En 2025, 20 % de la flotte de bus de la RATP devra rouler au gaz naturel pour véhicule (GNV) et au BioGNV. La RATP et GDF Suez ont noué un partenariat pour mutualiser les investissements. Elles déploieront des solutions d’avitaillement à proximité des centres de bus. La localisation de ces terrains doit permettre la construction par GNVert, la filiale de GDF Suez, d’une infrastructure d’avitaillement pour les autobus de la RATP et pour d’autres véhicules utilisés par des professionnels dans le cadre de leurs activités (transport de marchandises, collecte des déchets urbains, artisans…). GNVert va lancer des études pour adapter plusieurs sites de la RATP à cet avitaillement. "La première étape concernera le centre déjà équipé de Créteil, dans le Val-de-Marne, prévient Philippe Van Deven, le directeur général de GNVert. La capacité va être portée de 90 à 220 bus, soit la totalité des bus du dépôt. Il faut réfléchir à un maillage intelligent qui ne correspond pas seulement à la RATP. Avant 2017, il faut développer le réseau d’avitaillement parisien. La construction d’une station, c’est neuf mois de démarches administratives et trois de construction".

Ces bus seront revendus en Afrique et en Europe de l’Est ou transformés en bus 100 % électrique, si la technologie le permet. Certains constructeurs croient dans cette technologie pour le futur. "L’hybride, c’est 80 % de diesel, mais nous pensons pouvoir conjuguer dans le futur l’hybride électrique avec du gaz, de l’éthanol ou des biocarburants. Techniquement, on a les solutions", assure Olivier Toublanc, le chef des ventes des autobus chez Scania France. Le constructeur scandinave testera ses bus hybride-électrique en conditions réelles d’exploitation en juin 2016 à Södertälje (Suède). Il a fait le choix de recharger ses véhicules par induction en fin de ligne. Ce système de recharge fourni par Bombardier permet une capacité de charge de l’ordre de 200 kW et évite des batteries lourdes.

Sans recharges intermédiaires, si possible

Le fabricant allemand MAN, filiale de Volkswagen, va plus loin. "La RATP ne voudrait que des bus électriques à l’horizon 2025. Il n’y a aucun constructeur capable de répondre à cette demande, précise-t-on chez l’industriel. Nous sommes tous techniquement au même niveau, excepté peut-être la société polonaise Solaris. Nous pensons que l’hybride est une solution intermédiaire acceptable, mais elle est environ 50 % plus chère si on la compare à un bus diesel classique". Pas sûr que cela suffise à convaincre la RATP… qui souhaite acquérir des bus électriques de 90 places avec une autonomie de 200 km. Le poids des batteries est rédhibitoire. En Chine, des bus électriques BYD roulent avec cette autonomie, mais leur capacité est limitée à une soixantaine de places…

On est loin du compte. Mais d’ici à 2019, les batteries auront progressé, de l’ordre de 5 % par an pour la capacité. La RATP cherche un modèle permettant d’éviter une recharge intermédiaire. « En dix ans, on peut gagner 20 % d’autonomie supplémentaire », assure-t-on chez Bolloré. En dehors de l’hybride, des constructeurs de bus et de batteries croient au biberonnage, qui nécessite des infrastructures supplémentaires. "Nous travaillons sur un projet de recharge en fin de ligne après chaque trajet. L’objectif est de proposer à nos clients un bus électrique en 2016, affirme Philippe Grand, le directeur des relations institutionnelles d’Iveco. Et de pouvoir répondre à l’appel d’offres de la RATP en 2017 sur l’acquisition de plusieurs centaines de bus électriques par an afin de tenir son objectif de sortie du diesel en 2025."

Ce second appel d’offres s’apparente à la phase industrielle du projet avec les premières livraisons en 2019. "D’ici là, on se sera fait notre religion, on aura choisi la technologie, assure-t-on à la RATP. On va commencer par équiper les lignes les plus courtes. Et les plus longues, qui font 250 à 300 kilomètres, seront desservies par des bus roulant au GNV [gaz naturel pour véhicule, ndlr]". Le coût ? Très cher en expérimentation, il coûtera le double des bus diesel pour les premières commandes. Mais la livraison de plus de 3 500 bus électriques est prévue entre 2019 et 2025. De tels volumes de commandes permettront de faire diminuer sensiblement le prix de chaque unité. En attendant, Bolloré, qui a annoncé le 16 janvier le lancement d’une seconde tranche de travaux dans son fief d’Ergué-Gabéric pour un investissement de 20 millions d’euros et la création de 200 emplois), a pris de l’avance… 

Olivier Cognasse 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle