Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Bürkert investit 25 millions d’euros et révolutionne le suivi de la qualité de l’eau

, , ,

Publié le

La filiale française de l’ETI allemand Bürkert, établie à Triembach-au-Val (Bas-Rhin), commercialise un analyseur en ligne de la qualité de l’eau dans l’industrie, du nom de SmartLab. Ce programme de 25 millions d’euros suit les principaux paramètres de l’eau et révolutionne l’offre existante sur ce marché.

Bürkert investit 25 millions d’euros et révolutionne le suivi de la qualité de l’eau
Bürkert à Triembach-au-Val (Bas-Rhin).
© Bürkert

Le site français de l’ETI allemand Bürkert, basé à Triembach-au-Val, dans le Bas-Rhin, compte 210 salariés et annonce un chiffre d’affaires de 55 millions d’euros en 2015. "Centre de compétence mondial" pour les capteurs industriels du groupe Bürkert, le site alsacien travaille depuis cinq ans sur le concept SmartLab, destiné à "révolutionner le marché de l’analyse des fluides et notamment de l’eau dans les secteurs de l’agroalimentaire et de la pharmacie", selon Frédéric Rufy, directeur technique de l’usine. 25 millions d’euros ont été investis dans ce programme, dont un soutien de 6,6 millions de Bpifrance.

"Notre procédé est plus simple, économe et surtout beaucoup plus performant que les dispositifs actuels. Nous passons d’un mur de tuyaux et d’appareils de mesure à une console de la taille d’un PC qui analyse le pH, la turbidité, les matières organiques, le chlore, etc. De plus, il est connecté et peut donc transmettre des informations immédiates au réseau analysé. Et sa maintenance est considérablement plus simple et moins onéreuse que les appareils de mesures actuels", résume Frédéric Rufy.

Un chiffre d’affaires à doubler

En plus des secteurs industriels ciblés en priorité, SmartLab vise aussi le marché de l’eau potable domestique. "Nous escomptons entre 10 et 20 millions d’euros de ventes de ce produit pour la filiale française, sachant que d’autres innovations sont en cours de développement dans le domaine des capteurs et des vannes", poursuit le dirigeant.

Bürkert France a obtenu le soutien de 3D plus, spin off de Thalès et filiale de l’Américain Heico, spécialisée dans le développement de solutions 3D de haute densité pour la mise au point de SmartLab, ainsi que d’un laboratoire de l’Ecole supérieure de biotechnologies de l’université de Strasbourg.

Une vingtaine d’embauches ont été effectuées sur le site de Triembach-au-Val, pour la plupart de niveau ingénieurs et docteurs de diverses spécialités. Le groupe Bürkert emploie plus de 2 500 salariés et annonce un chiffre d’affaires de 420 millions d’euros. Grâce aux diverses innovations déployées par le groupe et surtout, la commercialisation de SmartLab à l’international, l’ETI allemand envisage d’atteindre un milliard d’euros de chiffre d'affaires d’ici 2025.

Didier Bonnet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle