Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Bruxelles pousse l’Europe de l’intelligence artificielle

Manuel Moragues , , ,

Publié le

La Commission européenne a présenté le 7 décembre "un plan coordonné élaboré avec les États membres pour favoriser le développement et l'utilisation de l'IA en Europe". L’objectif ? Rester dans la course à l’IA.

Bruxelles pousse l’Europe de l’intelligence artificielle
Après en avoir dévoilé les grandes lignes en avril, la commission européenne a précisé son plan pour l'IA le 7 décembre.

Que l’Europe reste dans la course à l’intelligence artificielle (IA). Voilà l’objectif de la Commission européenne qui a présenté le 7 décembre "un plan coordonné élaboré avec les États membres pour favoriser le développement et l'utilisation de l'IA en Europe", annonce un communiqué de Bruxelles. De premiers éléments avaient été dévoilés en avril.

L’enjeu est de taille : les Etats-Unis, partis les premiers, et la Chine, qui a mis les bouchées doubles, investissent massivement dans l’IA et progressent à grands pas. Or "l'IA n'est pas un domaine accessoire, elle façonnera notre avenir", a déclaré Andrus Ansip, vice-président pour le marché unique numérique.

1,5 milliard d'euros d'ici à 2020 pour stimuler l'investissement

Alors que l’Europe a jusqu’ici avancé en ordre dispersé, le plan de la Commission "propose des actions communes pour une coopération plus étroite et plus efficace […] dans quatre domaines d'action essentiels: accroître les investissements, rendre davantage de données disponibles, cultiver les talents et garantir la confiance".

Pour renforcer les investissements, Bruxelles a réitéré son intention d’investir 1,5 milliard d’euros d’ici à 2020. De quoi selon la Commission déclencher un investissement global public et privé de 20 milliards sur la période. Ensuite, dans le cadre du budget 2021-2027, "l'UE a proposé d'investir au moins 7 milliards d'euros". Bruxelles table sur "plus de 20 milliards d’euros par an d’investissements publics et privés au cours de la décennie".

Création d'espaces européens de données

Pour atteindre ces objectifs, Bruxelles attend que tous les Etats membres aient défini, à l’image du Royaume-Uni, de la France et, tout récemment, de l’Allemagne, leur stratégie nationale en IA avec les niveaux d’investissement prévus. "Un nouveau partenariat public-privé européen dans le domaine de l’IA" sera mis en place pour favoriser l’investissement privé et un fonds de soutien des start-up en IA et dans les blockchains.

Deuxième volet, les données, carburants de l’IA version machine learning. "Conjointement avec les pays européens, la Commission créera des espaces européens de données communs afin de permettre un partage des données transfrontières fluide." Un centre de soutien dédié doit être créé d’ici à la mi-2019 pour fournir des conseils pratiques à tous les acteurs européens concernés.

La santé devrait bénéficier d’une initiative dédiée : "la Commission soutiendra la mise au point d'une base de données commune d'images médicales anonymisées, fondée sur les dons des patients, afin d'améliorer les diagnostics et le traitement du cancer grâce à l'IA."

Lignes directrices sur l'éthique présentées en mars 2019

Côté talents, face à la pénurie générale dans le numérique et en particulier dans l’IA, Bruxelles entend soutenir des formations avancées en IA avec notamment des bourses spécifiques. L’intégration de l’IA dans les enseignements d’autres disciplines, telles que le droit, est préconisée.

Enfin, "pour susciter la confiance, qui est nécessaire pour que les sociétés acceptent et utilisent l'IA, le plan coordonné doit permettre de développer une technologie respectueuse des droits fondamentaux et des règles éthiques", affirme Bruxelles.

Le groupe d’experts chargé de conseiller la Commission est en train d'élaborer des lignes directrices sur ces sujets. Une première version doit être publiée d'ici à la fin de l'année, avant la présentation de la "version finale à la Commission en mars 2019 au terme d'une consultation élargie dans le cadre de l'Alliance européenne pour l'IA".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle