Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pour Bruno Le Maire, en visite chez Schneider Electric, "l’industrie ce n’est pas Germinal"

Emilie Léveque , ,

Publié le

Reportage Le ministre de l’Economie et des Finances a lancé la Semaine de l’industrie, qui se déroule du 18 au 24 mars, en visitant avec des lycéens l’usine de Schneider Electric dans l’Eure.

Pour Bruno Le Maire, en visite chez Schneider Electric, l’industrie ce n’est pas Germinal
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer ont visité l'usine de Vaudreuil de Schneider Electric le 18 mars 2019.

A sa descente de voiture, Bruno Le Maire est accueilli chaleureusement par des gilets verts. Ce sont les tenues de travail des ouvriers de l’usine Schneider Electric du Vaudreuil, dans l’Eure. Le ministre de l’Economie et des Finances a fait le déplacement ce lundi 18 mars au matin pour lancer la Semaine de l’industrie, aux côtés du ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer et de Sébastien Lecornu, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.

"La bataille pour la reconquête industrielle est d’abord une bataille éducative", déclame Bruno Le Maire devant une vingtaine de lycéens inscrits en filières professionnelles. Depuis 2011, la Semaine de l’industrie valorise l’industrie et ses métiers en proposant des événements, essentiellement aux jeunes. Elle promeut aussi la mixité des métiers et la place des femmes dans les différentes filières.

Usine du futur

L’usine de Schneider dans l’Eure n’a pas été choisie au hasard : elle a été nommée comme l’un des neuf sites les plus développés dans le monde par le World Economic Forum de Davos, seule distinction française. "De l’automatisation à la fin du XXème siècle à la numérisation des procédés de production, il n’y a qu’un pas que cette usine a franchi en avril dernier en étant labellisée usine du futur", se félicite Christel Heydemann, présidente de Schneider Electric France.

Le site de Vaudreuil fabrique des contacteurs et des variateurs de vitesse dont plus de 80% sont exportés. Il a bénéficié en 2017 d’investissements importants qui lui ont permis d’installer de nouvelles solutions numériques (réalité augmentée, capteurs de données, maintenance prédictive, véhicules autoguidés, solutions logicielles pour gérer en temps réel la consommation énergétique du site) pour être plus compétitif face aux exigences du marché international.

"Je voudrais, qu’au début de cette semaine de l’industrie, nous mettions en avant nos succès industriels, nos réussites. L’usine Schneider Electric est l’une des usines les plus performantes au monde et prouve que notre industrie est de classe mondiale", a souligné Bruno Le Maire. "L’industrie ce n’est pas Germinal", a ajouté le ministre de l’Economie et des finances, un clin d’œil aux lycéens présents lors de sa visite.

Des besoins de recrutement

"J’aimerais m’orienter vers une école d’ingénieurs et pourquoi pas travailler dans une usine comme celle-ci, confie Marine, 17 ans, en terminale STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable). On a souvent une image de l’usine qui est réservée aux hommes, avec les mains sales, mais en fait c’est une entreprise comme les autres". L’usine de Schneider dans l’Eure emploie 49% de femmes sur un effectif de 360 personnes. "Avant, j’avais une vision de l’usine comme dans les livres d’histoire, en fait c’est beaucoup mieux, je vais peut-être faire cela", témoigne Sébastien, lui aussi en STI2D.

Mission accomplie donc pour le trio de ministres. Les jeunes semblent être conquis par l’industrie. D’autant, rappelle le ministre de l’Economie, que les salaires y sont plus élevés que dans d’autres secteurs. Et qu’il y a des besoins de recrutements : "lorsque l’on développe comme nous les technologies digitales, on a des difficultés à recruter, confie Emmanuel Morice, directeur du site de Vaudreuil. Nous sommes dans la quatrième révolution et le digital demande de nouvelles compétences, qui sont plus rares".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle