[Brexit] Le Royaume-Uni plonge Airbus au centre d'un nouveau contentieux commercial

À quelques semaines du Brexit, prévu le 1er janvier 2021, le Royaume-Uni soigne ses relations avec les États-Unis... Quitte à perturber ses relations avec l'Union européenne dans le secteur aérospatial.

Partager
[Brexit] Le Royaume-Uni plonge Airbus au centre d'un nouveau contentieux commercial
Une aile d'Airbus A400M dans l'usine du groupe de Filton en Angleterre.

Le Royaume-Uni a décidé de suspendre dès le 1er janvier 2021 les surtaxes douanières sur les produits américains imposées dans le cadre du litige sur les subventions accordées à Boeing et Airbus. Avec cette annonce, faite mardi 8 décembre, le gouvernement britannique prend de court l'avionneur européen et met en lumière le fossé grandissant entre le Royaume-Uni et l'Union européenne (UE) dans le secteur aérospatial. La date du 1er janvier coïncide avec l'entrée en application du Brexit.

Le Royaume-Uni plaide l'apaisement

Selon le gouvernement britannique, qui négocie actuellement les termes de son divorce avec l'Union européenne, ce choix ambitionne d'apaiser le conflit commercial entre les États-Unis et l'Europe qui a entraîné une série de mesures et de contre-mesures. La décision signale aussi la volonté du Royaume-Uni de renforcer ses liens avec les États-Unis, alors que les deux pays ont entamé des discussions sur un accord commercial bilatéral post-Brexit.

Les États-Unis se sont félicités de cette nouvelle. Selon le Bureau du représentant américain au commerce (USTR), le Royaume-Uni n'a pas autorité pour continuer à imposer ces surtaxes puisque seule l'Union européenne avait reçu l'autorisation de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) pour taxer 4 milliards de dollars de produits américains (environ 3,3 milliards d'euros).

"Le Royaume-Uni peut dire adieu à de nouveaux investissements"

Airbus a tempéré l'ampleur de l'annonce. Le constructeur aéronautique affirme n'avoir d'autre objectif que celui de trouver une solution négociée à ce conflit qui dure depuis plus de quinze ans.

En privé, plusieurs sources européennes proches des négociations commerciales conduites avec les États-Unis estiment toutefois que la décision britannique pourrait provoquer de sérieuses tensions entre le Royaume-Uni et l'UE. Deux de ces sources affirment que plusieurs capitales européennes ont perçu la décision britannique comme une trahison alors qu'Airbus emploie environ 14 000 personnes au Royaume-Uni. "Il y a toujours eu des désaccords, mais c'est la première fois que l'aspect politique a aussi clairement pris le dessus", a commenté une source industrielle britannique.

Les principaux actionnaires d'Airbus sont la France, l'Allemagne et l'Espagne. Le Royaume-Uni n'en est pas actionnaire mais il abrite presque la totalité de la production des ailes et fait entendre sa voix de manière indirecte. Selon plusieurs sources, la décision risque d'inciter Airbus à réexaminer sa politique industrielle et à se poser la question de la localisation de la production des ailes de ses appareils. "Cela fait beaucoup de tort et cela signifie que le Royaume-Uni peut dire adieu à de nouveaux investissements", a estimé l'une des sources de Reuters.

Avec Reuters (par Tim Hepher et William James ; version française Nicolas Delame)

0 Commentaire

[Brexit] Le Royaume-Uni plonge Airbus au centre d'un nouveau contentieux commercial

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS