Bpifrance lance un fonds d’accompagnement aux acquisitions internationales

Le fonds Build-up international permettra à Bpifrance d’investir aux côtés de PME et d’ETI pour acheter des entreprises étrangères. Originalité de cet investissement en fonds propres : il n’implique pas de dilution du capital. Il est doté de 200 millions d’euros issus du Programme des investissements d’avenir.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bpifrance lance un fonds d’accompagnement aux acquisitions internationales
Bpifrance veut aider les PME et ETI à renforcer leur présence à l'international.

"Nous avions ciblé une entreprise en Espagne qui nous intéressait mais c’était une entreprise de taille importante, se posait donc le problème de sa valorisation. Il nous fallait du financement", raconte Antoine Potez, le directeur général de Potez aéronautique, une ETI basée dans les Landes. En revanche, pas question de faire entrer un investisseur au capital de sa société familiale, dont il est la quatrième génération aux commandes.

Bpifrance a trouvé la solution. La banque publique lance un nouveau fonds d’investissement pour financer les PME et les ETI qui souhaitent racheter une entreprise étrangère. Avec une particularité. Le fonds "Build-up international" ne prendra pas de participation dans le capital de la PME ou de l’ETI mais dans un véhicule d’acquisition dédié au rachat.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Du capital patient

"Nous apportons du capital patient, nous pourrons rester de 3 à 8 ans, le temps de vraiment consolider l’acquisition", explique Guillaume Mortelier, le directeur exécutif de Bpifrance en charge de l’accompagnement. "Si tout se passe bien, l’entreprise française rachètera notre part à la fin."

Le fonds Build-up international a été doté de 200 millions d’euros issus du Programme d’investissement d’avenir, qui devraient être investis dans les 4 à 5 ans. Il s’agit d’une véritable faille du marché, où les investisseurs privés ne sont pas présents selon le Secrétariat général pour l’investissement (SGPI). "Nous avons eu l’idée de créer ce véhicule de capitalisation qui n’est pas un outil facile ou confortable, car les investisseurs préfèrent en général prendre une participation dans la société mère plutôt que dans la holding d’acquisition", confie Jean-Luc Moullet, le directeur du programme industriel au SGPI. Cette enveloppe de 200 millions d’euros pourra être rechargée à l’avenir si le fonds fonctionne bien.

Une quinzaine de PME déjà intéressées

Le fonds investira entre 3 et 30 millions d’euros dans la société commune d’acquisition, en restant minoritaire. L’entreprise partenaire investira de son côté au moins autant que Bpifrance, de quoi acheter des cibles de 10 à 150 millions d’euros de valorisation. Une quinzaine de PME et ETI sont déjà en discussions avec le fonds Build-up, les premières opérations devraient intervenir d’ici la fin de l’année 2018.

Pour sécuriser l’acquisition, Bpifrance ajoute à sa prise de participation un volet accompagnement du dirigeant. "Nous apportons tout un écosystème de conseil pour l’audit aussi bien en amont du rachat, pour aider le dirigeant à bien définir sa stratégie d’internationalisation, qu’en aval", explique Guillaume Mortelier.

Le groupe Potez a mûri sa stratégie internationale au sein d’Ambition PME-ETI, l’accélérateur commun à Bpifrance et au Gifas (Groupement des industries aéronautiques et spatiales). Quand il a envisagé une croissance externe, Antoine Potez s’est tourné vers les équipes du fonds Build-up. "L’avantage, c’est leur œil extérieur", explique-t-il. "Nous regardons l’aspect industriel, eux l’aspect financier. Et ils ont plus de recul, alors que c’est pour nous la première opération de rachat." L’opération dans le sud de l’Espagne n’a pas encore été concrétisée, l’industriel préférant continuer d’identifier des cibles potentielles.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS