Bpifrance identifie des pistes pour booster l'investissement dans les start-up deeptech

La banque publique Bpifrance présente mercredi 11 mars un livre blanc de l'investissement dans les deeptech. Réalisé à partir d'entretiens avec des capital-risqueurs, ce document met en avant différentes solutions qui permettraient de répondre efficacement aux besoins spécifiques en financement de ces entreprises qui nécessitent du temps long pour grandir. 

Partager
Bpifrance identifie des pistes pour booster l'investissement dans les start-up deeptech
L'un des facteurs d'échec lors de la phase d'amorçage de la start-up deeptech, réside dans la potentielle incompréhension "entre les mondes de l'entreprenariat et celui de l'investissement", insiste Bpifrance.

La création d'entreprises innovantes à forte composante technologique est un objectif essentiel pour répondre aux enjeux industriels d'aujourd'hui et de demain. Cependant, dans le domaine des deeptech plus qu'ailleurs, la capacité d'une entreprise à mobiliser des financements est primordiale pour assurer les différentes phases de son développement, principalement celles de R&D, de prototypage et d'industrialisation.

Le fait que les projets de start-up qui se réclament de la deeptech "aient besoin de plus de temps et donc de capitaux pour grandir, fait consensus", confirme Bpifrance. La banque publique présente ce mercredi 11 mars - dans le cadre de la Deeptech Week - un livre blanc de l'investissement dans les deeptech. Réalisé à partir d'entretiens avec des capital-risqueurs, ce document met en avant différentes solutions qui permettraient d'accroître les montants investis dans ce secteur.

A LIRE AUSSI

Bpifrance a investi 380 millions d'euros dans les start-up deeptech en 2019

Favoriser l'émergence de bonnes pratiques

L'un des facteurs d'échec, lors de la phase d'amorçage de la start-up deeptech, réside dans la potentielle incompréhension "entre les mondes de l'entreprenariat et celui de l'investissement", insiste tout d'abord cet ouvrage. Pour faciliter le dialogue entre les parties, les acteurs du VC (venture capital) plaident notamment pour une meilleure formation des jeunes docteurs à l'entreprenariat et "une intégration accrue des profils scientifiques dans les fonds d'investissement".

A LIRE AUSSI

Les start-up deeptech, un gisement d’emploi pour les jeunes chercheurs ?

Par ailleurs, compte tenu des délais de négociations qui peuvent atteindre jusqu'à dix-huit mois, il conviendrait de favoriser l'émergence de bonnes pratiques et de standards, notamment pour ce qui est de la valorisation des transferts de technologies. Un autre point d'amélioration identifié par les professionnels interrogés par Bpifrance concerne la valorisation des travaux de recherche "qui reste encore à parfaire". Ainsi, il serait préférable "d'indexer les retours financiers dus aux laboratoires sur la réussite de la start-up".

Enfin, toujours pour ce qui est de la période d'amorçage, les investisseurs devraient faire preuve d'une plus grande ouverture au risque car la valorisation d'un projet deeptech "est bien souvent supérieure à celle d'un projet à moindre intensité technologique".

Soutenir le développement de l'équipe

L'étude d'un projet d'investissement dans une start-up deeptech en phase de croissance doit prendre en compte la nécessité pour la jeune pousse de se positionner "sur un marché mondial et en croissance", poursuit le livre blanc publié par Bpifrance. Au-delà de la définition "d'un plan d'actions pour une commercialisation massive à un horizon inférieur à trois ans", il convient notamment d'accompagner la start-up "dans le développement de l'équipe commerciale et de direction". De plus, afin d'assurer la transition entre la preuve de concept et l'industrialisation d'un service ou d'un produit, les fonds interrogés préconisent notamment "d'étendre et d'harmoniser les outils de financement de démonstrateurs et de développer des véhicules de co-investissement spécifiques pour aider à la pré-industrialisation".

Renforcer l'attractivité à l'international

Compte tenu de leur périmètre d'activité, les start-up deeptech doivent rapidement être en capacité de se positionner à l'international, insiste également la banque publique. Un objectif qui passe notamment par "la recherche de talents rares dans différents pays" ou encore "l'adaptation de l'offre aux standards des régions ciblées". Et pour susciter l'intérêt des fonds étrangers, les professionnels interrogés recommandent, par exemple, de mieux faire connaître les avantages liés à l'investissement dans l'innovation en France (ce qu'ils appellent "faire la pédagogie du crédit impôt recherche").

Enfin, l'étude réalisée par Bpifrance aborde la question cruciale des perspectives de "sortie" possibles pour les investisseurs. Constatant, que "les quelques exits réalisés [lors d'acquisitions par des grands groupes], se font souvent à des valorisations plutôt décevantes, de l'ordre de 50 à 100 millions d'euros au mieux", les professionnels du VC consultés jugent nécessaires de renforcer le soutien aux opérations de fusion-acquisition des start-up deeptech par les grandes et moyennes entreprises. Ils conseillent également de développer les compétences deeptech des analystes boursiers.

1 Commentaire

Bpifrance identifie des pistes pour booster l'investissement dans les start-up deeptech

etienne legrand
11/03/2020 12h:59

La prise de conscience gouvernementale de l'importance des start-up "deep tech" (un gros mot pour dire jeune entreprise industrielle innovante) est une bonne nouvelle, et les mesures indiquées ne cassent pas 3 pattes à un canard mais vont dans le bon sens. Par contre, le dernier point est problématique: la gourmandise injustifiable des VC met en péril l'émergence de nouvelles filières industrielles, car ce dont nous avons besoin, c'est que ces start-up se développent et deviennent des PME, puis des ETI, puis des grands groupes en concervant leur indépendance. Promouvoir le rachat des start-ups par des grands groupes rapportera beaucoup d'argent aux VC mais revient à tuer dans l'oeur le renouvellement des écosystèmes industriels. Une bonne fois pour toutes: c'est aux investisseurs de s'adapter au temps long de l'industrie, et pas l'inverse !

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS