Economie

Bourse : le triomphe du doute

,

Publié le

Décidément, les petits actionnaires doivent avoir le cœur bien accroché...

Avec une chute de 3,82% à 4065 points, le CAC 40, l'indice des valeurs vedettes de la place de Paris, s'est offert la plus belle glissade de l'année. Retrouvant son niveau de fin septembre 200, mais surtout celui de début 1999.

Ce mercredi à 13 heures, il regagnait à peine 1%

Alors que les indicateurs économiques (croissance aux Etats-Unis notamment...) restent plutôt bien orientés, toute confiance semble avoir quitté les grands investisseurs.

Plus grave, le doute s'est installé. Et d'abord sur la sincérité des comptes des grandes entreprises. Après l'affaire Enron, et les révélations distillées au compte-gouttes sur les comptes de Vivendi Universal, la démission lundi du patron du conglomérat industriel Tyco en pleine restructuration financière n'a fait qu'accentuer la suspicion ambiante. Tous les observateurs ne semblent plus avoir en tête qu'une question : quel sera le prochain scandale financier ? Le moindre faux pas est sévèrement et immédiatement sanctionné, comme l'a montré, il y a quelques jours, le décrochage de Technip Coflexip (-20%) sur l'annonce de mauvais résultats.

A Paris, les valeurs les plus gravement touchées hier étaient celles dont le bilan est le moins flatteur (Vivendi Universal, France Telecom...),  mais plus largement toutes les valeurs TMT (Technologie, médias et télécoms) qui brûlent toujours les doigts des boursiers,  avec la plongée d'Alcatel, de TF1 ou de Thomson Multimédia aujourd'hui encore en forte baisse.

Dans cette ambiance, le contexte international - risque de guerre en Inde, tension persistante au Proche-Orient, mais aussi la baisse du dollar- ne fait qu'ajouter à la morosité et aux doutes sur la vigueur de la reprise mondiale. Et donc sur la tenue des marchés d'actions. Autant d'incertitudes qui font le jeu des spéculateurs à court terme (hedge fund) qui jouent clairement à la baisse, et auto-alimentent, en quelque sorte, le phénomène.

Pierre-Olivier ROUAUD

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte