Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Boeing investit dans l'impression 3D métal pour les pièces de ses engins spatiaux

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Le 7 août, la start-up américaine Digital Alloys a annoncé une levée de fonds de 12,9 millions de dollars. Spécialisée dans l'impression 3D métal, l'entreprise propose une technique rapide et à bas coût. Parmi les investisseurs, Boeing espère exploiter la technologie pour ses pièces dans le secteur aérospatial.

Boeing investit dans l'impression 3D métal pour les pièces de ses engins spatiaux
Des pièces métalliques imprimées en 3D pour Boeing.
© Boeing

Boeing a annoncé le mardi 7 août un investissement dans la start-up Digital Alloys via son fonds HorizonX Ventures. Basée à Burlington (Massachusetts, États-Unis) et fondée en janvier 2017, l’entreprise est spécialisée dans l’impression 3D métal. À travers sa technologie “Joule Printing”, la jeune pousse promet une impression rapide, à bas coût et de qualité suffisante pour l’industrie aérospatiale.

Boeing n’a pas communiqué le montant de son investissement mais Digital Alloys a révélé avoir levé 12,9 millions de dollars au total lors d’un tour de table mené par G20 Ventures avec HorizonX Ventures, Lincoln Electric et Khosla Ventures.

La start-up a annoncé le dépôt de deux brevets aux États-Unis pour sa technologie Joule Printing. Elle se différencie par l’usage de fils d’alimentation comme matière première à la place des poudres métalliques qui sont plus coûteuses. Selon l’entreprise, l’imprimante marche avec n’importe quel métal se présentant sous la forme d’un câble.

Des futures pièces pour les engins spatiaux de Boeing

Digital Alloys dit développer une technique d’impression plus rapide. Lorsque l’imprimante est en marche, elle transmet du courant à travers le câble et la pièce imprimée vers le support d’impression. Cette technique permet à la tête d’imprimante de poursuivre son mouvement tandis que le métal déposé fond. En superposant les couches de métal fondu, l’imprimante peut ainsi former des pièces métalliques denses en un minimum de temps.

Grâce à cet investissement, Boeing espère produire des pièces pour ses engins spatiaux plus rapidement et à des volumes plus élevés. À ce jour, le constructeur compte 60 000 pièces imprimées en 3D dans ses produits spatiaux, commerciaux et de défense.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle