Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Bioproduction, le grand défi de la pharma en France

Julien Cottineau , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Made in France Terre pharmaceutique d’excellence, la France est bien positionnée sur les biotechnologies. Mais son réseau industriel, pour produire les médicaments les plus innovants, s’avère bien trop modeste.

Bioproduction, le grand défi de la pharma en France
Le site de Sanofi à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) a été reconverti pour les productions biotechnologiques.

Les maladies incurables ne le seront peut-être plus demain. Des cancers aux maladies dégénératives, des maladies rares à certaines maladies chroniques, les médicaments innovants pourraient changer drastiquement la donne. "Traiter ces pathologies passera par la biotechnologie", affirme Maryvonne Hiance, la présidente de France Biotech, l’association française regroupant les sociétés innovantes de biotechnologies. "Nous vivons une période sans précédent dans l’environnement médical et scientifique, assure Frédéric Collet, le président de Novartis France. Il y a plus de 7 000 traitements innovants dans le monde. Des maladies jusque-là incurables ou très invalidantes peuvent être traitées."

Ces médicaments biotechnologiques, appelés biomédicaments, sont un enjeu majeur pour l’avenir de l’industrie pharmaceutique. Ils comptent pour au moins 20 % d’un marché pharmaceutique global qui s’élève à 1 000 milliards de dollars, une part qui pourrait dépasser 50 % dans quelques années. Quatre médicaments sur dix mis sur le marché aujourd’hui sont issus des biotechnologies. Anticorps monoclonaux, produits de thérapie génique ou de thérapie cellulaire, immunothérapie, tous sont des médicaments de très haute technologie reposant sur la biologie cellulaire et moléculaire, aux mécanismes d’action très complexes et à valeur ajoutée considérable. Et donc chers. Très chers.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle