Benoît Hamon précise les contours de la taxe sur les robots

La contribution sociale sur les robots viendra alimenter un fonds "transition travail", a précisé Benoît Hamon le 16 mars. Elle servira à financer la création de nouveaux emplois, pour remplacer ceux détruits par la robotisation. Et à financer des formations pour la reconversion des salariés. Reste à savoir comment cette nouvelle taxe serait mise en œuvre.

Partager
Benoît Hamon précise les contours de la taxe sur les robots
Benoît Hamon, le candidat du parti socialiste.

Benoît Hamon a détaillé son programme, juste avant sa grande manifestation à l’AccorHotel Arena de Paris Bercy dimanche 19 mars. Le candidat du parti socialiste a notamment précisé les contours de sa taxe sur les robots. Celle-ci visera à "alimenter un fonds de transition travail, dont la mission sera de créer autant d’emplois nouveaux que ceux qui disparaîtront et de financer la formation des salariés à ces nouveaux métiers."

Le député des Yvelines n’oublie pas de faire référence à son soutien surprise. "Je reprends là l’idée de Bill Gates", souligne-t-il, en référence à l’interview accordée par le milliardaire à Quartz le 17 février 2017. Bill Gates soutenait l’idée d’une taxation des robots, notamment pour financer des emplois que les robots ne peuvent pas occuper.

Dans l’idée de Benoît Hamon, seules les entreprises dont la modernisation de l’outil de production entraîne des réductions d’emploi sont visées par cette taxe robot. "L’idée c’est de faire en sorte qu’on ne pénalise pas les entreprises dont l’équipement robotique ou en intelligence artificielle augmente la production globale, l’emploi et la capacité de redistribution aux salariés", précise Guillaume Balas, le député européen en charge de la coordination du projet de l’équipe de Benoît Hamon. Celles-ci seront donc exonérées de cette contribution sociale sur la valeur ajoutée des robots.

Incertitudes sur la définition des robots taxables

Reste à savoir comment l’équipe de Benoît Hamon compte mettre en œuvre une telle taxe. Il faut en effet à la fois savoir comment définir un robot taxable et réussir à tracer les emplois perdus – ou gagnés – avec l’investissement dans l’automatisation. Pour cela, Guillaume Balas explique vouloir se reposer sur une concertation avec les partenaires sociaux au niveau des branches, pour évaluer les répercussions sur l’emploi. Il prévoit par ailleurs de mettre à contribution les collectivités locales, pour mieux comprendre les impacts sur les bassins d’emploi.

Mais Benoît Hamon veut néanmoins inciter les entreprises à investir dans leurs outils. Là encore il joue la carte de la fiscalité en prévoyant une modulation de l’impôt sur les sociétés à la hausse ou à la baisse. Celles qui investissent bénéficieront d’une baisse de taux. Celles qui "captent les bénéfices et les redistribuent sous forme de dividendes" seront en revanche pénalisées.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

28 - LE COUDRAY

Mise en conformité de 2 salles de césarienne au bâtiment Pôle Femme Enfant du Centre Hospitalier de Chartres.

DATE DE REPONSE 09/09/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS