Economie

Benoît Hamon et Manuel Valls au second tour de la primaire de la gauche

,

Publié le

Avec 36,3% des voix, Benoît Hamon sort vainqueur du premier tour de la primaire de la gauche et Manuel Valls arrive deuxième en récolant 31,1% des suffrages. Arrivé en troisième position, avec 17,5% des suffrages, Arnaud Montebourg a déjà appelé à voter en faveur de Benoît Hamon lors du second tour.

Benoît Hamon et Manuel Valls au second tour de la primaire de la gauche © jyc1 - CC - Flickr

Benoît Hamon sort vainqueur du premier tour de la primaire de la gauche avec 36,3% des voix, suivit par Manuel Valls avec 31,1%. Arnaud Montebourg, arrivé en troisième position avec 17,5% des suffrages, a déjà apporté son soutien à l'ancien ministre de l'Education nationale, Benoît Hamon.

Les autres candidats, Vincent Peillon (6,88%), François de Rugy (3,88%), Sylvia Pinel (1,97%) et Jean-Luc Bennahmias (1,01%) se partagent moins de 15% des voix. La participation totale de ce premier tour se situera entre 1,5 million et 2,5 millions de participant selon la Haute autorité de la primaire à gauche.

Benoît Hamon veut "partager le travail"

Le projet économique et social de Benoît Hamon s’est construit autour d’une idée clé : avec la révolution numérique, le travail va se raréfier, il faut donc le partager, et construire une société qui ne tourne plus autour de lui.

Afin de mieux "partager le travail", il maintient sa durée légale à 35 heures, mais crée un droit au temps partiel pour tous, "avec compensation salariale" - un redéploiement du CICE le permettra. Les entreprises seraient encouragées à diminuer la durée du travail – semaine de 4 jours, congé sabbatique, temps partiel  - en conditionnant le bénéfice du CICE à cette réduction (ou à la création de postes ou aux actions en faveur de l’environnement). Le partage du travail permettra de se consacrer à des tâches utiles à la société: il propose donc que du temps et des moyens soient dégagés pour l’engagement associatif (temps pris en compte pour le calcul de la retraite).

Avant toute chose, s'il est élu, Benoît Hamon veut abroger la loi Travail et n'en garder que le droit à la déconnexion. En outre, il souhaite faire voter une loi reconnaissant le burn-out en maladie professionnelle.

Manuel Valls défend la mise en place d'un salaire minium en Europe

Pour Manuel Valls, il n'est plus question de baisser davantage la fiscalité des PME ni de transformer le CICE en une baisse de charge. La priorité est à la stabilité fiscale. "Toute modification du barème des allègements peut créer des perdants", assure-t-il, en plaidant pour une simplification supplémentaire du CIR pour les petites entreprises.

Pour accentuer la transition énergétique, il veut réunir les ministères de l’industrie, de l’écologie et de l’énergie dans un même ministère afin de changer "radicalement" la politique industrielle. Pour verdir l'économie, il veut relancer le chantier de la rénovation thermique, accélérer les financements dans la recherche de transports propres et poursuivre l’alignement de la fiscalité du diesel sur celle de l’essence. Manuel Valls se garde en revanche de trancher l’épineuse question du nucléaire.

Alors que "la mondialisation est tout sauf heureuse", l’ancien Premier ministre estime que l’Europe est le meilleur échelon pour protéger les entreprises et les salariés. Et pour réduire la concurrence au sein de l’Union européenne, Manuel Valls défend la mise en place d’un salaire minimum en Europe, proche de 60 % du salaire médian européen, afin de réduire les écarts salariaux.

 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

23/01/2017 - 09h39 -

Un illuminé à la tête du PS, je suis heureux d'avoir rendu ma carte il y a maintenant plusieurs années, lorsque Rocard a été écarté. j'ai 70 ans, toujours voter à gauche (blanc, lors de Chirac/Lepen) je crois que pour la 1ére fois de ma vie je vais voter à droite
Répondre au commentaire
Nom profil

23/01/2017 - 09h37 -

Hamon devant Fillon ? Quel tarte aux pommes ! C'est un cadeau à la droite qui dispose d'un bon candidat. La gauche est laminée depuis longtemps par ses propres divisions et ses propres frondeurs !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte