Economie

Bâle IV pourrait coûter cher aux banques

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Le comité de Bâle veut renforcer les contraintes pesant sur les banques. Et cela pourrait leur coûter cher, selon la Fédération bancaire européenne (FBE). En s’appuyant sur plusieurs rapports d’analystes, elle estime le coût supplémentaire en capital entre 600 et 900 milliards d’euros pour les banques européennes, si la réglementation Bâle IV, en cours de discussion, s’appliquait en l’état. Cette réglementation prudentielle vise à imposer aux banques des ratios de capital en fonction des risques qu’elles prennent. Notamment quand elles font crédit aux entreprises, le crédit « corporate » étant jugé moins sûr. Bâle III les a déjà limitées dans leur prise de risque. Bâle IV pourrait forcer le trait.
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte