[Avis d'expert] Un bon casting du top management sera crucial dans la consolidation aéronautique

La consolidation de l’industrie aéronautique va accélérer en 2021. Le choix et l’optimisation du top management, la due diligence managériale, sera dans ce contexte un enjeu majeur des opérations de M&A, de joint-ventures et des restructurations à venir, nous explique Corinne Fernandez Handelsman, associée du cabinet Progress. Comment monter le bon casting pour accompagner la mutation du secteur.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Avis d'expert] Un bon casting du top management sera crucial dans la consolidation aéronautique
Corinne Fernandez Handelsman alerte sur le choix des profils dans les M&A aéronautique.

Le secteur aéronautique est l’un des plus touchés par la crise économique consécutive à la crise sanitaire : pour faire face à ce choc et ne pas perdre en compétences, il faut s’attendre à un mouvement massif d’opérations de consolidation.

Outre les due diligences classiques dans ces opérations, nous voulons souligner le caractère crucial que vont revêtir les due diligences managériales afin de jauger des forces et faiblesses des équipes et mettre en œuvre la rationalisation et les synergies sans obérer l’innovation. Le casting des équipes dirigeantes peut être la clef de la réussite ou de l’échec de ces opérations.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Evolution des business models

Car bien que les entreprises du secteur soient des assets businesses dont la création de valeur repose sur la production industrielle, la gestion et le bon emploi du capital humain, au niveau Top Management, sera d’importance primordiale. La raison en tient à ce que, contrairement à des mouvements précédents de consolidation, celui-ci devrait s’accompagner de profondes transformations des business models eux-mêmes.

Plusieurs changements invitent ainsi à être vigilants vis-à-vis du casting des équipes. L’industrie va chercher à compenser au mieux la chute des ventes par le développement des activités de maintenance et de service avec les modèles de location plutôt que de vente, via des outils numériques. Cela devrait avantager certains profils plus commerciaux et inviter à recruter des profils d’outsiders aux côtés d’ingénieurs classiques. Ensuite, les restructurations requerront des directeurs des opérations capables de réaliser les synergies sans casser les savoir-faire. Enfin, il va falloir prendre en compte la révolution des innovations vertes, notamment en R&D.

Ces impacts sur les modèles et les profils doivent faire revenir aux fondamentaux des due diligences managériales : étude du fonctionnement des équipes et entretiens individualisés pour faire émerger les bons profils et éviter les mariages malheureux en combinant les cultures d’entreprise.

Intégrer l’innovation verte dans les profils de recrutement

L’enjeu du respect des règles d’émission carbone est devenu aussi important que dans l’industrie automobile, mais des cycles plus longs et un investissement plus important : il est donc vital de faire respirer la chaine de valeur critique, avec le virage de la digitalisation et de l’innovation verte.

Ce mouvement de fond va être accéléré par la crise, notamment via le Plan de Relance. Cela ne peut rester sans impact sur les équipes. Avec les restructurations, de nombreux ingénieurs inonderont le marché dont une partie au moins rejoindra les nouveaux marchés « verts ».

L’innovation dans la transition écologique amène avec elle une réadaptation du management. De fait, les nouvelles générations d’ingénieurs, qui démarrent leurs carrières ou finissent leurs études, sont beaucoup plus sensibles à une question qui jouera sans doute un rôle majeur dans leurs orientations. Une tribune d’étudiants en aéronautique abondait récemment dans ce sens, plaidant pour la reconversion industrielle des sites ainsi qu’une diminution générale du trafic aérien.

Pour autant, l’engouement pour le secteur ne faiblit pas : les technologies nécessaires à la transition génèrent de l’enthousiasme chez les jeunes ingénieurs. Le défi de l’avion décarboné et des moteurs à hydrogène attirent de nombreux talents. Encore faudra-t-il savoir encourager ces profils qui seuls permettront, non seulement de sauvegarder les savoir-faire, mais bien de redresser la barre pour les années et les défis à venir.

Corinne Fernandez Handelsman, associée et leader des Practices Industrie et Technologie chez Progress Associés, cabinet de conseil en ressources humaines

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de l'Usine Nouvelle

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS