[Avis d'expert ] Les 5 compétences négligées des PME et ETI industrielles dans l'industrie 4.0

Un parfum de reconquête industrielle flotte dans l’Hexagone. La compétitivité décidera de la pérennité de ce renouveau printanier. Et de ce point de vue, notre tissu industriel souffre de ses pratiques managériales. Yannick Feillens, le fondateur d'Ubiquitiz Consulting, nous explique lesquelles.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Avis d'expert ] Les 5 compétences négligées des PME et ETI industrielles dans l'industrie 4.0
Spécialiste de l'industrie 4.0, Yannick Feillens est le fondateur de Ubiquitiz Consulting.

Relocalisation ou réindustrialisation, la pandémie actuelle a fait naître en France l’espoir d’une renaissance industrielle. Le gouvernement saisit le moment : son plan de relance subventionne massivement l’outil industriel hexagonal.

Mais, trait frappant des débats actuels, nul n’évoque la nécessaire transformation du management de nos PME et ETI industrielles. Les économistes sont pourtant clairs. Les pratiques managériales expliquent jusqu’à 30 % des écarts de productivité entre entreprises. À l’échelle nationale, l’impact sur le PIB est similaire.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des carences depuis les ateliers jusqu' à la gestion des stocks

Alors qu’il s’agit d’un levier de performance immédiat pour les usines, un constat de carence s’impose sur au moins cinq compétences clés dans nos PME et ETI.

Malgré un encadrement intermédiaire engagé, le management des ateliers de production reste trop éloigné des bonnes pratiques les plus accessibles aux petites structures. Les approvisionnements et les stocks mériteraient une gestion plus scientifique. Le pilotage de l’adéquation entre charge commerciale et réponse industrielle est le plus souvent peu organisé et pas outillé. Compétitivité et besoin en fonds de roulement en pâtissent.

Développer une culture de la digitalisation et des process

À ces trois carences industrielles, s’ajoute que nombre de dirigeants se cherchent encore sur la dimension digitale. Sans même parler d’industrie 4.0 et de 5G, les ERP sont mal utilisés et, de manière générale, le socle informatique est mal maîtrisé.

Cinquième manque, enfin, l’absence d’une véritable culture de la performance des process est un problème grave, même dans les plus petites structures. Il pérennise les tâches inutiles ainsi qu’un fonctionnement en silo qui paralyse nos entreprises.

Transformer les pratiques et diffuser les compétences

Notre pays doit regarder son management industriel en face. Les dirigeants de PMI et ETI doivent plus que jamais investir dans la transformation des pratiques et dans les compétences managériales qui serviront de tremplin pour l’avenir.

Charge aux filières et aux organismes de formation d’intégrer les meilleures pratiques de management dans les formations initiales. Et de proposer un plan de formation continue pragmatique et ambitieux aux femmes et aux hommes qui font fonctionner l’industrie au quotidien.

Par Yannick Feillens, fondateur d'Ubiquitiz Consulting, diplômé de Polytechnique et de l’université de Stanford, spécialiste de l’industrie 4.0.

Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS