Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Avec The Boring Company, Elon Musk n'est pas prêt de voir le bout du tunnel

Pierre Monnier , , , ,

Publié le

The Boring Company vient de terminer la première section de son tunnel sous Los Angeles. La nouvelle société d'Elon Musk veut supprimer les embouteillages à l'aide de réseaux souterrains. Pourtant, même si le projet séduit, aucune autorisation officielle pour creuser sous les villes n'a encore été accordée au milliardaire entrepreneur.

Avec The Boring Company, Elon Musk n'est pas prêt de voir le bout du tunnel
Godot, le tunnelier d'Elon Musk a commencé à creuser le premier tunnel souterrain de The Boring Company à Los Angeles.
© The Boring Company

Il y a parfois des idées magnifiques, qui se confrontent vite à la réalité. The Boring Company est peut-être de celles-ci. La nouvelle société d'Elon Musk ambitionne de désengorger les grandes villes en créant des tunnels souterrains pour faire transiter véhicules et piétons. Après avoir révolutionné l'automobile avec Tesla et l'espace avec SpaceX, l'entrepreneur aux obsessions multiples s'attaque désormais aux transports urbains. Sur le papier, les trajets entre le domicile et le travail ou l'aéroport et le centre-ville se feraient à toute berzingue. Mais le milliardaire se fait très discret sur les autorisations qui lui permettraient de réaliser son grand projet.

Ce détail ne semble pas chiffonner Elon Musk qui vient d'annoncer la réalisation de la première section de son tunnel sous Los Angeles. Un exploit vanté comme à son habitude sur Twitter. Images à l'appui, le milliardaire montre furtivement les avancées de son module d'ascenseur, censé relier les routes au réseau souterrain, comme le montre une vidéo du projet publié fin avril. Il indique même que l'installation doit être opérationnelle dès la semaine prochaine.

The Boring Company avance donc à grand pas. L'entreprise, qui n'était encore qu'un tweet en décembre, possède désormais son tunnelier de 1 200 tonnes et 120 mètres de long, baptisé Godot en hommage à la pièce de théâtre de Samuel Beckett, son premier segment de tunnel, et ses premiers salariés. Mais la société peut-elle vraiment aller plus loin ?

Dès le mois de janvier, Elon Musk prévenait : "Nous n'avons aucune idée de ce que nous faisons. Je veux être clair à ce sujet." Et il ne paraît pas en savoir beaucoup plus maintenant. Malgré une première marque d'intérêt du maire de Los Angeles, Eric Garcetti, la cité des anges ne s'est pas positionnée sur la possibilité d'un tunnel sous ses pieds. Pourtant, Elon Musk était ressorti d'un rendez-vous avec Eric Garcetti confiant, indiquant "des conversations prometteuses". Il avait tout de même avoué que les permis étaient plus difficiles à acquérir que la technologie.

Aujourd'hui, trop d'inconnues flottent au-dessus de The Boring Company. La première section de tunnel n'est pas clairement identifiée. Si Elon Musk a bien installé une plate-forme test de son tunnel sur le parking des locaux de SpaceX (photo ci-dessous), personne n'est capable d'assurer que les premiers mètres du tunnel partent bel et bien de cet endroit. Pire, la longueur du segment est, elle aussi, un mystère.

Les médias américains, pourtant fins suiveurs des aventures d'Elon Musk, ont l'air eux-aussi perdus. "Nous n'avons pas de détails sur l'emplacement de cette section", écrit Wired. De son côté, The Verge rappelle qu'Elon Musk avait assuré que le premier tunnel de son entreprise partirait de l'aéroport international de Los Angeles pour rejoindre Culver city, quelques kilomètres plus au Nord. Mais au vu des images dévoilées, Electrek indique que "le premier segment ne semble relier que le parking de SpaceX à ses bâtiments". Un constat logique puisque sans autorisation officielle, impossible de creuser en-dehors d'une propriété privée. Bien que le siège de SpaceX ne soit pas très éloigné de l'aéroport de Los Angeles, Elon Musk n'est pas disposé à éclaircir son projet.

Ces imbroglios ne freinent pas pour autant les grandes villes américaines. Après celui de Los Angeles, le maire de Chicago Rahm Emanuel a également montré son intérêt pour les tunnels de The Boring Company. "J'ai envoyé une équipe pour regarder son tunnelier dans le cadre de ce projet", a-t-il confié au Chicago Tribune. Le maire de Chicago préférerait la solution d'Elon Musk à la rénovation d'une ligne de transport ferroviaire déjà existante. Si les intérêts se multiplient, The Boring Company pourrait obtenir les autorisations, si importantes à la continuité du projet, plus facilement. Mais en l'état actuel, Elon Musk, même s'il a commencé à le creuser, n'est pas de voir le bout du tunnel.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle