Technos et Innovations

Avec sa nouvelle gamme "anti-ondes", Petit Bateau sous le feu des critiques

Alice Vitard

Publié le

Petit Bateau a lancé le 27 juin une nouvelle gamme composée d’un bonnet et d’une couverture naissance anti-ondes. Tollé sur internet : les internautes accusent la marque de textile de propager de la « pseudo-science ».

Avec sa nouvelle gamme anti-ondes, Petit Bateau sous le feu des critiques
Petit Bateau se défend en invoquant le principe de précaution.
© pixabay - c.c

"Petit Bateau prend soin de bébé dans un monde ultra connecté grâce à un tricot révolutionnaire, alliant coton et fil d'argent, qui protège contre les ondes du quotidien". La description sur le site du fabricant textile vend du rêve. Et pourtant… Petit Bateau s’est retrouvé sous le feu des critiques suite à la révélation de ses nouveaux produits. A savoir : des "bonnets et couvertures naissance anti-ondes", commercialisés à 19,90 et 89 euros respectivement.

L’enseigne apporte les précisions techniques sur ses fiches produits. Ce serait le "fil d’argent" contenu dans les deux objets, qui permettrait de bloquer "99,5 % les ondes". Par ailleurs, cette technologie est évaluée par le laboratoire Emitech, et son efficacité est mesurée sur les ondes de 800MHz à 5,8 GHz, affirme-t-elle.

Petit Bateau invoque le principe de précaution

Des centaines de tweets ont afflué sur la toile, accusant la marque française de "faire flipper les futurs parents", prôner le "marketing de la peur" et de propager de "la pseudo-science". Petit Bateau s’est immédiatement défendu en invoquant le principe de précaution. "Des études montrent que l’exposition quotidienne aux ondes, notamment durant la grossesse et la petite enfance, pourrait avoir un impact sur le développement de l’enfant. Nous proposons une solution aux personnes désirant appliquer les principes de précaution », peut-on lire sur le compte twitter de la marque.

 

 

Les vêtements anti-ondes fleurissent sur la toile 

Il est aujourd’hui difficile d’établir l’impact réel des ondes électromagnétiques sur notre santé. En 2016, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnemental et du travail (ANSES) avait rendu un rapport sur ce sujet. Elle soulignait alors que les enfants peuvent être plus exposés aux ondes en raison de leurs spécificités physiques et soumettait une liste de recommandations. Parmi lesquelles, un usage modéré et encadré des technologies de communication sans-fil.

Pour autant, l’agence de santé n’avait pas conclu à des conséquences avérées pour la santé, au-delà d’un effet "possible" sur les fonctions cognitives et le bien-être. En revanche, sur les fonctions auditives, les effets cancérogènes et le système immunitaire, "les données actuelles ne permettent pas de conclure à l’existence ou non d’un effet des radiofréquences chez l’enfant", concluait l'institution. 

Petit Bateau n’est pas la première marque à proposer des vêtements anti-ondes. Le marché explose. Des bandeaux de grossesse, des couvertures et des tee-shirts fleurissent sur la toile. Alors, marketing ou enjeu de santé publique ? L’avenir nous le dira.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte