Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Avec les prix Pierre Potier, Emmanuel Macron promeut "la chimie de demain"

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Le ministre de l’Economie a récompensé deux grandes entreprises et deux PME de la chimie pour leurs innovations en faveur du respect de l’environnement. Pour Emmanuel Macron, la chimie contribue ainsi à la "transformation de l’industrie" .

Avec les prix Pierre Potier, Emmanuel Macron promeut la chimie de demain © DR

Habituée à rester dans l’ombre, l’industrie chimique était à l’honneur jeudi 19 mars au soir. A Bercy étaient remis les prix Pierre Potier, qui récompensent chaque année depuis 2006 des produits chimiques innovants contribuant au respect de l’environnement. Avec 29 dossiers déposés pour cette neuvième édition, le secteur - représenté par les présidents de l’Union des industries chimiques et de la Fédération française pour les sciences de la chimie - entendait démontrer que chimie peut rimer avec protection de l’environnement. 

Pour Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, "ce prix est un parfait exemple que la chimie contribue à la transformation de l’industrie". La "chimie de demain" a donc été récompensée à travers les projets de quatre entreprises. Deux grands groupes et deux PME.

Le bicarbonate de sodium de Solvay à l’honneur

Dans son centre de recherche et d’innovation de Dombasle-sur-Meurthe, près de Nancy, le géant de la chimie Solvay a remis au goût du jour un remède de grand-mère : le bicarbonate de sodium. Sa solution primée, BiFor-SafE, qui sera lancée commercialement le mois prochain, associe le bicarbonate à des additifs alimentaires comme traitement préventif au développement d’insectes dans les stockages de céréales. Une alternative aux insecticides conventionnels, inoffensive pour l’homme, les animaux et l’environnement selon le groupe belge. 

Et compatible avec le plan Ecophyto 2018 qui fait la guerre aux pesticides. Chez le géant du bâtiment Saint-Gobain, c’est une résine composée à 85% de ressources renouvelables (des sucres obtenus à partir de l’hydrolyse d’amidon de maïs et de l’acide citrique produit par fermentation de carbohydrates) qui a fait l’unanimité. Lancée dans le monde entier en 2010 et améliorée depuis, elle garantirait des performances thermiques et mécaniques équivalentes aux produits d’isolation commercialisés par Saint-Gobain. Idéal dans un contexte de transition énergétique. 

Des pistes d’aéroport aux bouteilles de champagne

Dans l’Eure, Peintures ONIP voulait s’attaquer à la pollution de l’air intérieur. La PME a développé une gamme de peintures pour murs, sols et ameublements permettant de réduire la teneur en formaldéhyde (un polluant cancérigène présent dans les meubles et moquettes, notamment) de 60%, selon les tests d’un laboratoire indépendant. Le tout grâce à un polymère portant au moins une fonction fixatrice de formaldéhyde, mais ne relarguant aucun composé organique volatil, assure l’entreprise.

La PME Sofralab a conçu pour sa part un produit 100% biosourcé et biodégradable pour dégorger les bouteilles de champagne (une étape du processus de vinification du champagne). Son innovation, utiliser un sel de l’acide succinique déjà employé pour le dégivrage des pistes d’aéroport, "mais jamais en solution pure et encore moins comme fluide caloporteur dans le monde de l’œnologie", s’amusent les responsables du projet. Grâce à ses caractéristiques thermodynamiques (viscosité, non corrosivité), sa solution permettrait une économie de produit de 60% sur un bac manuel, par rapport au mono propylène glycol.

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle