Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Avec le H160, Airbus Helicopters fait sa révolution technologique

Olivier James , , , ,

Publié le

Vidéo Airbus Helicopters a présenté le 3 mars, au salon HAI Heli-Expo, son nouvel appareil : le H160. Le groupe, qui s’est entouré d’autres industriels, revendique une rupture technologique dans le marché des hélicoptères.

Airbus Helicopters peut de nouveau bomber le torse ! Après une année 2013 difficile (marquée par des accidents impliquant ses appareils) et une année 2014 aux résultats commerciaux en baisse (471 appareils vendus contre 497 en 2013), la filiale d’Airbus Group relève la tête : son nouvel appareil dénommé H160, dont la maquette a été présentée le 3 mars au salon HAI Heli-Expo à Orlando (Etats-Unis), pourrait lui donner un nouvel élan. Il faut dire que cet appareil au design soigné, jusque-là dénommé X4, marque selon le groupe "une véritable rupture technologique dans sa conception et ses systèmes, depuis le nez jusqu’au rotor arrière."

Cet hélicoptère dédié aussi bien aux opérations dans le secteur gazier et pétrolier, aux missions de service public, aux évacuations sanitaires et aux opérations de sauvetage, concentre 68 nouvelles technologies brevetées par Airbus Helicopters. Aérodynamisme, matériaux, motorisation... Le groupe a déployé une palette de nouvelles solutions, souvent en lien étroit avec d’autres industriels, pour développer le H160 qui sera entièrement assemblée sur son site de Marignane (Bouches-du-Rhône). Concurrencé par des groupes comme l’italien Agusta Westland, les américains Sikorsky et Bell toujours plus offensifs, Airbus Helicopters a voulu sortir le grand jeu.

L’expertise de Daher dans les matériaux composites

Le pilotage en situation délicate a par exemple conduit le groupe à revoir la stabilité du successeur du Dauphin, destiné à entrer en service en 2018, en particulier pour les vols stationnaires : le design de la cavité carénée hébergeant le rotor anti-couple au niveau de la queue de l’appareil a été revu, ainsi que celui des ailettes arrières (dénommé "biplane stabilizer"). Une nouvelle structure de queue conçue et fabriqué par Daher dans son usine de Tarbes (Hautes-Pyrénées). L’équipementier spécialiste des matériaux composites et de leur production automatisée gère par ailleurs la logistique de tous les sites d’Airbus Hélicoptères.

Le design des pales a lui aussi été repensé : elles génèrent moins de bruit (50% de réduction) et peuvent emporter 100 kg de charge utile supplémentaire par rapport aux hélicoptères équipés de pales classiques. La légèreté de l’appareil a bénéficié également des dernières innovations. A l’instar de l’aviation commerciale qui fait une large place aux matériaux composites, en particulier pour l’Airbus A350 et le Boeing 787, Airbus Helicopters a opté pour ces matériaux pour l’ensemble du fuselage du H160. "Le H160 est le premier hélicoptère civil avec une cellule en technologie composite", assure le groupe. Même le moyeu du rotor principal est fait de composite thermoplastique.

Les filiales de Safran dans la boucle

L’une des innovations majeures est invisible à l’œil nu : elle concerne le moteur du H160, l’Arrano, qui devrait être certifié en 2017. Exclusivement fourni par Turbomeca, la filiale de Safran spécialisée dans les moteurs d’hélicoptères, il permet de réduire la consommation de carburant de 10 à 15%. Des chiffres qui rappellent dans un tout autre domaine les performances du Leap de Snecma (également filiale de Safran), destiné aux monocouloirs (A320neo, B737Max et C919 de Comac).

Pour ce moteur, assemblé sur le site de Bordes (Pyrénées-Atlantiques), Turbomeca a procédé à une rupture technologique majeure : les injecteurs de la chambre de combustion de l’Arrano sont fabriqués par impression 3D (fusion laser sur lit de poudre métallique). Son design permet quant à lui de faciliter la maintenance. Une autre filiale de Safran prête aussi main forte dans les nouvelles solutions technologiques embarquées à bord du H160 : Messier-Bugatti-Dowty. Elle est le fournisseur unique du système de freinage électrique de l'hélicoptère. Celui-ci a intégré un matériau de friction carbone et des actionneurs électroniques de dernière génération.

La seule partie de l'engin qui n'a finalement pas été réinventée est l’avionique, autrement dit l'ensemble des équipements électroniques et informatiques qui aident au pilotage des avions. Le H160 sera équipé de la suite avionique Helionix, développée par Airbus Helicopters, déjà à bord des EC175 et EC145T2 du groupe. Une prudence qui s’explique sans doute par la volonté de garantir au dernier-né d’Airbus Helicopters la plus grande audience commerciale possible. Car ce concentré de technologies doit se vendre. Le plus possible.

Olivier James

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

09/03/2015 - 23h12 -

Rien ne mentionne un mono-moteur et ce n'en est d'ailleurs pas un, comme le mentionne le site d'INDUSTRIE&TECHNOLOGIES. Un appareil qu'on a hâte de voir dans le ciel!
Répondre au commentaire
Nom profil

09/03/2015 - 14h35 -

Aberrant de sortir un mono-moteur ou mono turbine alors que l’Europe vient de decider qu'ils doivent pour la plupart rester dans les hangars !!!
Suivez vous reellement l'actualite aeronautique ou est-ce un publi-redactionnel finance par Airbus ???
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle