Avec l’émission française, les green bonds entrent dans la normalité

La France a levé avec succès sa première obligation verte pour un montant de 7 milliards d’euros, pour un coupon similaire à celui des obligations souveraines traditionnelles. De quoi permettre au marché des green bonds de poursuivre sa progression record et de continuer à se normaliser. D'autres pays devraient suivre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Avec l’émission française, les green bonds entrent dans la normalité
Le green bond français va financer des projets liés à la transition écologique et énergétique.

Ça y est. L’Etat français a réussi à émettre ses premiers green bonds et à convaincre les investisseurs institutionnels de lui prêter de l’argent pour financer la transition écologique et énergétique. L’Agence France trésor a levé 7 milliards d’euros d’obligations vertes pour une maturité de 22 ans, après quinze jours de "road-show" auprès des grands financeurs mondiaux. Le gouvernement a identifié pour 13 milliards d'euros de projets verts susceptibles d'être financés par cet emprunt.

Il s’agit de l’un des premiers green bonds émis par un Etat. La Pologne a grillé la France au poteau en émettant des obligations vertes en décembre 2016. Mais pour un montant bien inférieur. Le gouvernement polonais a levé 750 millions d’euros, alors qu’il demandait 500 millions d’euros.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

De nouveaux émetteurs sur le marché

L’émission du Trésor signale surtout une nouvelle tendance sur ce jeune marché de la finance verte. Le marché des green bonds n’existe que depuis 2007, avec pour émetteurs traditionnels plutôt des institutions financières (44,4 % des émetteurs selon Moody’s), des entreprises (22,8 %), des projets d’infrastructures (15,1 %), ou des banques de développement (11,8 %).

L’électricien français EDF avait par exemple levé 1,25 milliard d’euros d’obligations vertes en 2015. Il vient d’émettre en janvier 2017 sur le marché japonais de nouvelles obligations vertes pour 26 milliards de yens, sur un total d’émission obligataire de 137 milliards de yens (environ 1,1 milliard d’euros).

Après la Pologne et la France, d’autres gouvernements pourraient suivre, selon Moody’s. L’agence de notation s’attend à des émissions de green bonds en provenance du Bangladesh, de la Chine, du Luxembourg, du Maroc, du Nigeria et de la Suède. La France a mis en place des mesures drastiques de traçabilité de l’argent levé, pour assurer les investisseurs qu’il servira bien à financer des projets verts. L’Agence France trésor sera notamment tenue de faire un reporting annuel sur l’utilisation de cet emprunt.

120 % d’augmentation du marché

L’arrivée d’Etats parmi les émetteurs pourrait donner un nouveau coup d’accélérateur à ce marché. En 2016, le marché des green bonds a atteint 93,4 milliards de dollars, soit 120 % d’augmentation par rapport à 2015 (42,4 milliards de dollars émis). Et l’année 2017 devrait encore battre des records. Moody’s s’attend à une nouvelle progression de 120 % du montants de green bonds émis pour atteindre 206 milliards de dollars.

D’autant que les gouvernements n’ont donc pas à craindre un renchérissement de leur dette verte. Les conditions financières de l’obligation verte française sont demeurées conformes aux obligations souveraines traditionnelles, avec un coupon fixé à 1,75 %.

La demande a en effet été particulièrement forte. L’Agence France trésor a reçu plus de 23 milliards d’euros de demandes, issues aussi bien d’investisseurs français et étrangers. Au final, environ 200 investisseurs se partagent les 7 milliards émis, dont 37 % de Français, parmi lesquels se trouvent AG2R la Mondiale, Amundi, BNP Paribas, Mirova, l’Erafp, le Crédit Agricole, etc. Mais aussi des étrangers comme BlackRock, JP Morgan, Nippon Life Insurance Company, etc.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS