Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"Aujourd’hui, les travailleurs ont besoin de leur cerveau et de leurs muscles", selon le ministre du Travail américain

, , ,

Publié le

Contrairement à la situation déprimée de l’emploi en France, les Etats-Unis dépassent chaque mois les anticipations de création d’emplois mais le taux d’activité reste bas et de nouvelles formes de travail  très flexibles émergent avec les plateformes numériques. Le ministre du travail américain, Thomas Perez, de passage à Paris, estime qu’il faut développer une croissance plus inclusive socialement et imaginer un filet de sécurité pour ces nouveaux travailleurs. Mais Outre-Atlantique, la priorité est de laisser les innovations se développer avant de se ruer pour légiférer sur un statut. 

Aujourd’hui, les travailleurs ont besoin de leur cerveau et de leurs muscles, selon le ministre du Travail américain © Tiffany L. Koebel

 

 

Êtes-vous inquiet de l’évolution des emplois à l’ère digitale avec d’un côté des emplois très qualifiés, d’autres très peu qualifiés et au milieu une disparition des emplois de la classe moyenne ?

Thomas Perez : L’enjeu de la création d’emplois est de s’assurer que, dans tous les secteurs, la classe moyenne est embarquée dans le train. Cette question se pose aussi bien dans ce qu’on appelle "l’économie du partage" que dans l’économie traditionnelle. Ainsi, l’industrie manufacturière a évolué. Si vous allez sur un site, vous allez voir des travailleurs se balader avec des iPad. Dans le monde d’hier, beaucoup de gens travaillaient avec leurs seuls muscles. Aujourd’hui, ils ont besoin de leur cerveau et de leurs muscles. C’est pourquoi nous investissons à ce point dans les compétences par la formation. Il faut que dans cette nouvelle économie, l’innovation soit inclusive socialement.
 


Mais à quelles conditions peut-elle être inclusive ?

Il faut que les nouvelles opportunités de travail disposent d’un filet de sécurité, que ces nouveaux emplois ne soient pas des voies sans issue. Aux Etats-Unis, comme à l’OCDE lors des conférences sur le futur du travail, nous avons beaucoup parlé de cette nouvelle économie "on demand" et de son impact. C'est une évolution qui suscite beaucoup d’intérêt et nourrit des discussions passionnées.
Je crois que le plus grand risque serait d’essayer de ralentir le développement d’une innovation technologique [...]

 

Lire la suite sur L'Usine Digitale. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle