Audiovisuel public, toujours plus

Le gouvernement compte augmenter la redevance audiovisuelle ainsi que la taxe payée par les fournisseurs d’accès à internet afin d’apporter davantage de financements à la télévision et la radio publiques.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Audiovisuel public, toujours plus

Il y a eu quelques ballons d’essais, comme la possibilité de restaurer la publicité après 20 heures sur les écrans de France Télévision. Ou l’idée d’une taxe sur les box et autres objets connectés. Comme s’il s’agissait de préparer les esprits au moindre mal. In fine, le gouvernement a choisi d’augmenter d’un euro (symbolique) la redevance audiovisuelle et d’accroître la taxe payée par les fournisseurs d’accès à internet. Cette taxe, dite "taxe Copé", passera de 0,9% à 1,2% du chiffre d’affaires des groupes Bouygues Telecom, SFR, Orange et Free.

Pas peu fière de cet arbitrage, la ministre de la Culture Fleur Pellerin veut croire que la hausse sera encaissée par les opérateurs et non pas par leurs abonnés. Ce qui n’est pas du tout de l’avis de Stéphane Richard, le patron d’Orange, qui a dit "non", sur tweeter, "au racket de l'augmentation de la taxe Copé !" Ce qui ne manque pas de sel quand on sait que la hausse du budget de l’audiovisuel public est destiné à satisfaire les ambitions de Delphine Ernotte, la nouvelle patronne de France Télévisions, ancienne… directrice générale d’Orange France.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Celle-ci veut créer, en collaboration avec Radio France, une chaîne publique d’information en continu. Après tout, pourquoi pas, il y a bien déjà LCI, BFM, iTélé, France 24 et Euronews, pourquoi pas une chaîne de plus, accessible sur tous les supports numériques, "qui va permette de comprendre, d’exposer des points de vue différents, d’éclairer et de décrypter, au-delà de l’information brute et parfois brutale qu’on peut voir sur les chaînes en continu", comme l’a proposé Delphine Ernotte à nos confrères du Monde.

N’était-ce pas l’occasion rêvée de remettre à plat l’organisation de France Télévisions ? La longue grève de Radio France a souligné, s’il en était besoin, l’inadaptation de l’audiovisuel public à son environnement. La fuite en avant n’est jamais couronnée de succès. Si, demain, cette chaîne publique d’information en continu ne décolle pas, imagine-t-on que le gouvernement fera machine arrière. Vous n’y pensez pas ! Fleur Pellerin fait partie de ceux qui pensent qu’un jour ou l’autre il faudra étendre l’assiette de la redevance audiovisuelle… Toujours plus !

Pascal Gateaud

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS