Economie

Au Maroc, islamistes, stop ou encore ?

, , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Au Maroc, islamistes, stop ou encore ? © Pascal Guittet
La lampe, la colombe, la rose ou le tracteur… Au Maroc, 15 millions d’électeurs devront désigner leur camp lors des législatives du 7 octobre. S’y affronteront une dizaine de partis, tous affublés d’un symbole, dans un pays où un tiers de la population reste analphabète. Ce scrutin est singulier. C’est le premier renouvellement de la Chambre des représentants (députés) depuis la constitution de 2011. Adoptée dans la foulée du Printemps arabe, celle-ci a (un peu) grignoté les pouvoirs de Mohammed VI, qui l’avait initiée pour calmer la rue. C’est surtout un défi personnel pour le chef du Gouvernement Abdelilah Benkirane, 62 ans. Leader du Parti de la justice et du développement (PJD), une sorte de dérivé light des Frères musulmans, il a réussi l’exploit de conduire un parti[…]
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte