L'Usine Aéro

Arianespace renoue avec les bénéfices en 2014... mais pour combien de temps ?

, , ,

Publié le , mis à jour le 19/05/2015 À 12H41

L'entreprise qui commercialise et exploite les lanceurs Ariane, Vega et certains Soyuz a engendré à nouveau des bénéfices en 2014 avec un résultat net de 3 millions d'euros et un chiffre d'affaires en hausse de 41% à 1,4 milliard d'euros. Si le carnet de commandes garantit encore trois ans d'activités, la nouvelle génération de lanceurs Ariane 6 qui doit permettre de répondre à la concurrence de l'américain SpaceX n'est attendue que pour 2020.

Arianespace renoue avec les bénéfices en 2014... mais pour combien de temps ?
Arianespace devra assurer un carnet de commande plein jusqu'en 2020, et l'arrivée du lanceur Ariane 6.
© Cnes

Grâce à une année record en termes de lancements, Arianespace a renoué avec les bénéfices en 2014. L'entreprise française chargée de commercialiser et d'exploiter les lanceurs développés par l'Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé ce mardi 19 mai avoir réalisé un résultat net de 3 millions d'euros, avec un chiffre d'affaires qui a bondi de 41% à 1,4 milliard d'euros. "Arianespace connaît le deuxième chiffre d'affaires le plus élevé de toute son histoire", a souligné son PDG, Stéphane Israël.

Une position de leader sur les lancements commerciaux

"Avec 11 lancements réalisés en 2014, Arianespace a effectué un nombre de missions record au moyen des 3 systèmes de lancements qu’elle opère depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG). Les six lancements d’Ariane 5, quatre lancements de Soyuz et un lancement de Vega, ont permis à Arianespace de mettre en orbite 23 satellites", souligne l'entreprise dans un communiqué.

Arianespace a par ailleurs "confirmé en 2014 sa position de numéro 1 mondial des lancements en signant 14 contrats, dont 9 pour le lancement de satellites géostationnaires par Ariane 5", a ajouté Stéphane Israël. D'après l'entreprise, le carnet de commandes de plus de 4,4 milliards d'euros garantit près de trois ans d'activité.

Faire face aux nouveaux concurrents

Mais avec une concurrence de plus en plus forte, notamment celle de l'américain SpaceX qui s'impose désormais comme le principal concurrent d'Arianespace, Stéphane Israël insiste sur les prochains défis à relever : "pour pérenniser ces succès et continuer de faire la course en tête, nous nous sommes engagés dans un plan de maîtrise des coûts avec l'ensemble de nos partenaires : cette démarche doit nous permettre d'améliorer notre compétitivité avant même l'arrivée d'Ariane 6 tout en préservant la fiabilité et la disponibilité exceptionnelles de nos services de lancement."

La nouvelle génération de lanceurs Ariane 6, validée en décembre dernier par les ministres de la Recherche de l’Union européenne, n'est cependant attendue que pour 2020. Arianespace devra donc continuer à remplir son carnet de commandes pour tenir la distance en attendant l'arrivée de son nouveau lanceur qui remplacera Ariane 5.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte