Economie

Après le discours d'Edouard Philippe, le patronat appelle à prolonger le chômage partiel au-delà du 1er juin

, , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Le patronat, comme tous les Français attendaient avec impatience le discours d'Edouard Philippe aux parlementaires. Bien conscients d'une réouverture très progressive de l'économie pour éviter une nouvelle flambée de l'épidémie, MEDEF comme CPME estiment qu'il faut prolonger les mesures du plan d'urgence comme le dispositif de l'activité partielle. Tous s'interrogent sur l'organisation des transports au niveau local et font leur affaire de l'organisation des mesures sanitaires dans les entreprises en concertation avec les salariés. La CPME regrette que les restaurants ne soient pas rouverts dans certains départements.

Après le discours d'Edouard Philippe, le patronat appelle à prolonger le chômage partiel au-delà du 1er juin
Le Medef, présidé par Geoffroy Roux de Bézieux, comme la CPME ont compris que la reprise serait très progressive
© Medef

Les organisations patronales attendaient avec impatience la présentation du plan de déconfinement d’Edouard Philippe. Elles ont reçu 5 sur 5 le message que ce n’était pas le retour à la normale mais le début d’une nouvelle période. "Le Premier ministre a donné des balises pour un retour progressif à partir du 11 mai. La réouverture des commerces, hors cafés restaurants, est une très bonne nouvelle car cette activité tire une grande partie de l’économie" ,positive Fabrice Le Saché, porte-parole du Medef.

A la CPME on est plus circonspect. "Oui, les commerces rouvrent mais avec des conditions sanitaires qui imposeront une réduction de la clientèle donc le chiffre d’affaire ne sera pas au rendez-vous", alerte Jean-Eude Dumesnil, son délégué général. L’organisation dédiée aux PME, estime que c’est une remise à niveau par rapport aux grandes surfaces restées elles ouvertes. Mais elle regrette la décision de maintien d’une fermeture nationale des cafés et restaurants, estimant qu’on aurait pu les rouvrir dans les départements où le virus circule très peu. "Cela veut dire que toute l’activité lié au tourisme ne va pas reprendre."

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte