Après avoir pensé global, Sigfox veut agir local, en déployant des réseaux privés

Lors de sa conférence annuelle Sigfox Connect, la pépite toulousaine de l’internet des objets a annoncé un nouveau type d’offre : elle pourra désormais bâtir des réseaux bas débit privés sur mesure pour des clients qui ne souhaiteraient pas utiliser son réseau global. Sigfox s’aligne ainsi sur son grand rival, la technologie LoRA.

 

Partager
Après avoir pensé global, Sigfox veut agir local, en déployant des réseaux privés
Ludovic le Moan lors de l'ouverture de la conférence Sigfox Connect le 20 novembre à Singapour.

En matière de réseaux bas débit dédiés à l’internet des objets, il y a deux écoles. Déployer un réseau privé fermé, entièrement dédié à un cas d’usage (le suivi d’objets, la sécurité, la smart home, la smart city…), ou passer par le réseau public d’un opérateur télécoms. La technologie LoRA permet les deux approches. Sigfox obligeait jusque-là ses clients à passer par son propre réseau global. Mais ça, c’était avant.

Il s’agit de la principale annonce de la pépite toulousaine de l’internet des objets, à l’occasion de sa conférence annuelle Sigfox Connect, les 20 et 21 novembre à Singapour : elle pourra désormais créer des réseaux privés, pour des clients qui ne souhaiteraient pas passer par son réseau global (disponible dans 65 pays). Ceux-ci ne paieront pas une redevance par objet connecté et par an, comme avec le système actuel, mais un forfait en fonction du nombre de capteurs à connecter et de la taille du réseau à bâtir. "Certains de nos concurrents ont cette approche, comme LoRa, c’est vrai, mais il leur manque la force d’un réseau global", tacle Christophe Fourtet, co-fondateur de Sigfox.

Du Capex plutôt que de l'Opex

Alors à qui s’adresse cette nouvelle offre ? "A ceux qui veulent mener leurs projets IoT avec des business models basés sur des budgets d’investissement, et pas de fonctionnement", a répondu le PDG de Sigfox Ludovic le Moan lors de sa keynote d’introduction. "Ils bénéficieront du même écosystème que pour notre réseau global : équipements compatibles, partenaires, intégrateurs". Il s’agit aussi de rassurer des clients inquiets pour leurs données, et qui veulent une qualité de service optimale dans leur périmètre, y compris dans des zones difficiles d’accès (comme en sous-sol). "Nous faisions déjà de la densification de réseau à la demande, dans les faits", commente Christophe Fourtet. "Mais certains clients comme des villes veulent absolument avoir leur propre réseau, nous leur en donnons la possibilité".

Cette offre sera testée dès le premier semestre 2020 en France (pour des projets smart city et smart home), puis dans la deuxième moitié de l’année pour le reste des territoires desservis par Sigfox.

L'Asie en ligne de mire

De quoi accélérer la croissance de la start-up française de l’internet des objets, qui revendique 16 millions d’objets connectés à son réseau fin 2019, contre 3,6 millions fin 2018, et plus de 22 millions de messages partagés par jour en moyenne. L’organisation de sa conférence annuelle à Singapour témoigne de l’ambition de la start-up tricolore en Asie. Elle vient d’ailleurs d’y décrocher un important marché pour la connexion de 850 000 compteurs à gaz au Japon, d’ici fin 2020. L’Inde et la Chine, mais aussi la Russie, font partie de ses prochaines cibles.

0 Commentaire

Après avoir pensé global, Sigfox veut agir local, en déployant des réseaux privés

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS