Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Amélioration en trompe l'œil du commerce extérieur français en 2014

Solène Davesne , , , ,

Publié le

Le déficit commercial a reculé à moins 53,8 milliards en 2014, exclusivement grâce à l'allègement de la facture énergétique.

Amélioration en trompe l'œil du commerce extérieur français en 2014 © Poolie - Flickr - C.C.

Le gouvernement a retenu la leçon. Après l’épisode de l’inversion de la courbe du chômage – promise mais encore jamais réalisée – l’exécutif évite d’avancer des engagements chiffrés. Il en va de même pour l’objectif affiché en début de quinquennat de ramener à l’équilibre la balance commerciale des biens hors énergie d’ici 2017. Le secrétaire d’Etat au commerce extérieur Matthias Fekl préfère botter en touche. "Prendre un engagement me parait compliqué", estime-t-il.

L’affaire est surtout mal partie. Même si le déficit commercial s’est réduit de 11 % en un an, passant de 60,8 à 53,8 milliards d’euros, il ne doit cette amélioration qu’à l’allègement de la facture énergétique. Les exportations de biens ont stagné en 2014 et le déficit commercial des produits manufacturés – qui reflète la compétitivité de l’industrie – s’est dégradée de près de deux milliards d’euros. De 16,8 milliards d’euros l’an dernier, il s’établit désormais à 18,8 milliards d’euros.

pharmacie et agro sous-performent

Cette dégradation tient surtout à la contre-performance de deux des moteurs traditionnels français à l’export, l’agroalimentaire et la pharmacie. Sous l’effet de ventes à l’étranger en chute de 4,9 %, la pharmacie a vu son excédent fondre de 4,6 à 1,9 milliards d’euros. Celui de l’agroalimentaire passe de 11,2 milliards d’euros à 9,1 milliards d’euros.

Malgré les mesures prises par le gouvernement, le redressement de la compétitivité n’a pas encore d’effet visible. La baisse de l’euro et du pétrole est plus prometteuse pour les mois à venir. "La France est prise en tenaille entre la très forte compétitivité hors-coût de l’Allemagne et la compétitivité coût de l’Espagne, qui s’est fortement redressée. Le rapport qualité-prix de certains produits espagnols a désormais rattrapé ceux des industriels français, habituellement mieux positionnés", estime Alexandre Judes, économiste chez Coe-Rexecode.

Le panorama 2014 du commerce extérieur laisse cependant entrevoir des signaux positifs. Pour la troisième année consécutive, la France compte plus d’exportateurs. Même si la France dispose encore de deux fois moins d’entreprises à l’international que l’Italie ou trois fois moins que l’Allemagne, le nombre de PME et d’ETI progresse respectivement de 0,4 et 0,6 %. Pour ramener à l’équilibre la balance commerciale, il faudra muscler beaucoup plus l’appareil exportateur.

Solène Davesne

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

07/02/2015 - 11h34 -

France peu industrialisée depuis toujours, taux d'exportation (28% du PIB) le plus faible d'Europe), Français qui ne veulent pas apprendre l'Anglais...
Pas de miracle.
Attendons les résultats sur les services, notre spécialité.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle