Alstom dévoile son train à hydrogène sur le salon Innotrans

Alstom a dévoilé ce mardi 20 septembre sur le salon Innotrans, à Berlin, un train régional qui fonctionne à l’hydrogène. Capable d’atteindre 140 km/h et de parcourir 600 km selon le constructeur, il s’affiche en alternative compétitive à l’électrification de lignes aujourd’hui parcourues par des trains diesel.

Partager
Alstom dévoile son train à hydrogène sur le salon Innotrans

Alstom a dévoilé ce mardi 20 septembre sur le salon Innotrans, à Berlin, un train qui fonctionne à l’hydrogène. Baptisé Coradia iLint, en référence à son classique train régional Coradia Lint, ce train "ressemble à un train normal, sent comme un train normal mais, croyez-moi, ce n’est pas un train normal", a présenté Henri Poupart-Lafarge, le PDG d’Alstom en conférence de presse sur le salon. Avant d’ajouter : "Ce train va déclencher une révolution dans le ferroviaire". Développé avec le soutien financier de quatre Länder allemands et devant faire l’objet d’une première commande en Allemagne, ce train régional est comme son homologue diesel capable d’une autonomie de 600 km et de rouler à 140 km/h. Mais il est alimenté à l’hydrogène et ne rejette donc que de l’eau. Des réservoirs interchangeables de gaz léger sont positionnés sur le toit, ainsi qu’une pile à combustible capable de délivrer 400 kW. S’y ajoute, sous le plancher du train, une batterie de 230 kW/200 kWh qui viendra ajouter sa puissance en cas de besoin et qui pourra stocker l’énergie récupérée au freinage. Si Alstom ne communique pas sur le prix de son train, le constructeur affirme qu’il sera radicalement moins cher que le coût d’électrification d’une ligne aujourd’hui parcourue par des trains carburant au diesel. De quoi envisager un large marché potentiel : en Allemagne, par exemple, la moitié des 40000 km de lignes ne sont pas électrifiées et la Deutsche Bahn a pour objectif de ne plus émettre de CO2 d’ici à 2050.

Manuel Moragues

3 Commentaires

Alstom dévoile son train à hydrogène sur le salon Innotrans

alain-yves sieuzac
22/09/2016 11h:41

Le projet des moteurs électriques alimentés par des piles au dihydrogène existe depuis plus d'un décennie. Le CNRS a à ce titre fabriqué la plus petite pile fonctionnant au dihydrogène. De nombreux véhicules roulent pendant des centaines de kilomètres avec cet équipement. On cite plusieurs marques japonaises qui commercialisent ces véhicules. Les ingénieurs Français savent faire. Et malgré ces succès qui définissent les moyens de transport du futur immédiat et du long terme, qui nous impose d'investir et de déposer des brevets, les ministres, les hauts fonctionnaires, les industriels de l'automobile, les pétroliers, les banquiers et les rentiers du pétrole font tout pour bloquer cette initiative. Les industriels allemands n'ont pas hésité. Être intelligents et libres des contraintes imposées par capitalisme du court terme autorise l'innovation. alain-yves Sieuzac

Réagir à ce commentaire
ROZIER
22/09/2016 22h:59

Très bien pour ce type de train, mais pourquoi ne mettons pas sur nos routes les voitures qui fonctionnent très bien de la même manière sans émettrent de CO2 ????

Réagir à ce commentaire
BALAN
27/09/2016 14h:57

Comme le soulignent d'autres lecteurs, la technologie des véhicules à pile à combustible alimentée en hydrogène commence à atteindre un bon niveau de maturité, même si elle reste encore coûteuse pour des applications individuelles (voir les modèles japonais). Le problème se situe aujourd'hui plutôt dans la production et le transport de l'hydrogène. L'électrolyse, solution propre, souffre encore d'un rendement faible. Il est vrai que l'Allemagne produit énormément d'électricité éolienne ou solaire en surplus parfois vendue à prix négatif, ce qui réduirait le coût de l'hydrogène produit. Encore faut-il que des électrolyseurs capablent de s'adapter à cette production erratique soient développés.

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS