Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Allo-media lève 8 millions d’euros pour déployer son cookie vocal dopé à l’IA

Manuel Moragues ,

Publié le

La start-up française Allo-media a annoncé jeudi 16 novembre avoir levé 8 millions d’euros pour accélérer le développement de son outil décisionnel basé sur le suivi et la reconnaissance des conversations téléphoniques entre les marques et leurs clients.

Allo-media lève 8 millions d’euros pour déployer son cookie vocal dopé à l’IA
Romain Sambarino (à g.), le fondateur d'Allo-media et ses deux associés, Frédéric Daniel et Vincent Jousse.
© DR.

Encore une belle levée de fonds d’une start-up française dopée à l’intelligence artificielle. Allo-media a annoncé ce jeudi 16 novembre avoir levé 8 millions d’euros pour accélérer son développement en France et à l’international. Le capital-risqueur Red River West, créé cette année par Artémis, la société d’investissement de la famille Pinault, mène la danse, associé à Serena Data Ventures, le fonds Data+AI de Serena Capital. Red River West doit notamment soutenir la start-up pour son implantation aux Etats-Unis.

Le cœur de la proposition d’Allo-media est simple : extraire et exploiter la valeur contenue dans les appels téléphoniques entre les marques et leurs clients. "Plus de la moitié des interactions entre les clients et les grandes marques passent par le téléphone mais les appels sont inexploités à 90%, faute d’outils adéquats", pointe Romain Sambarino, PDG fondateur de la start-up. La technologie dite de cookie vocal développé par Allo-media vise à remédier à ce gâchis en analysant les conversations téléphoniques pour en tirer toutes les données clients exploitables possibles.

La start-up offre ainsi aux marques un outil de décision pour le marketing – analyse de l’expérience client, amélioration des stratégies de campagnes… -, l’acquisition de clients et l’après-vente, avec l’identification des éléments irritant les clients et l’augmentation de la satisfaction client. "Notre produit n’a été vraiment commercialisé qu’à partir de janvier et nous comptons déjà 13 grandes marques dans notre portefeuille de clients, telles que Engie, PSA, Voyages-sncf.com, Groupama, Allianz…", se félicite Romain Sambarino.

"Comprendre et exploiter la valeur des appels"

L’entrepreneur a démarré en 2011 dans les annuaires téléphoniques, avec notamment allo-medecins.fr. "L’idée, derrière, était de valoriser les appels téléphoniques, raconte Romain Sambarino. Très vite, nous avons développé toute une série de briques technologiques autour du suivi des appels. Puis est venu un outil d’analyse des conversations pour justifier auprès du client la qualité du lead qu’on lui apportait." De quoi nourrir une ambition plus large : "comprendre et exploiter la valeur des appels qui transitent en masse par les centres d’appel", résume l’entrepreneur.

Pour passer le cap, la start-up va ajouter deux autres piliers à son savoir-faire initial dans le marketing téléphonique : la connaissance des call centers et les technologies d’intelligence artificielle. Avec le recrutement, il y a environ 18 mois, de deux hommes qui deviennent associés d’Allo-media : Frédéric Daniel, 15 ans d’expérience dans les centres d’appel, aujourd’hui directeur général adjoint de la start-up, et Vincent Jousse, enseignant chercheur de l’université du Mans devenu directeur technique d’Allo-media. Le centre de R&D de la start-up s’est d’ailleurs installé au Mans, en lien avec le Laboratoire informatique de l’Université du Maine (LIUM).

Une phrase de 5 secondes analysée en moins de 0,7 seconde.

La start-up revendique une avance technologique forte sur la reconnaissance vocale spécifique au canal téléphonique. "Nous sommes les meilleurs en transcription, se félicite Romain Sambarino. Nous avons divisé par 20 le temps de transcription par rapport au marché." Des réseaux de neurones dédiés à l’acoustique apprennent à adapter le modèle au bruit ambiant et aux accents des locuteurs, tandis que le modèle est personnalisé pour chaque marque pour plus d’efficacité. Résultat, selon le PDG, analyser une phrase de 5 secondes en moins de 0,7 seconde. "Cela nous permet de travailler quasiment en temps réel !" Vient ensuite l’analyse sémantique de la conversation, menée par des modèles d’apprentissage automatiques qui classifient les éléments recueillis.

Et ce n’est qu’un début : "L’intelligence artificielle va nous permettre d’hyper-personnaliser le marketing et la relation client très rapidement avec peu de données. Nous voulons être les industriels de la personnalisation !" s’enthousiasme Romain Sambarino.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

17/11/2017 - 10h21 -

"Nous sommes les meilleurs en transcription, se félicite Romain Sambarino...n'exagérons rien, ils sont les meilleurs peut-être en picking de mots dans une conversation. Mais la transcription ne se limite pas au glanage et à l'exploitation de mots issus d'un flux.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus